Gironde: Des serres de tomates sur 8 hectares, chauffées par du biogaz émanant de déchets

AGRICULTURE La société Paysans de Rougeline a noué un partenariat avec Véolia sur son site de Lapouyade et ambitionne de récolter 5.000 tonnes de tomates par an...

Elsa Provenzano

— 

Les serres vont s'étaler sur 8 hectares. Lancer le diaporama
Les serres vont s'étaler sur 8 hectares. — E.Provenzano / 20 Minutes

C’est la première du genre en Gironde. Depuis le 23 avril, une serre qui sera chauffée grâce au biogaz issu de l’installation de stockage de déchets non dangereux de Lapouyade, en Gironde, est en construction sur 8 hectares. Les plantations de tomates démarreront à partir du 15 novembre et la première récolte se fera en février. Quelque 4 hectares seront construits dans un premier temps avec une deuxième tranche de travaux pour la même surface, à partir de 2017. Les Paysans de Rougeline, l’entreprise agricole en charge du projet, prévoit de produire 5.000 tonnes de tomates par an et la création de 55 emplois sur les quatre prochaines années à Lapouyade.

Un investissement de 13 millions d’euros

Le biogaz est produit par Véolia à partir de la fermentation naturelle des déchets. Il est capté et alimente 8 moteurs qui produisent 7MW d’électricité. Ces moteurs sont équipés d’échangeurs afin de pouvoir récupérer la chaleur, qui est ensuite diffusée dans un réseau de 900 mètres entre l’installation et le site accueillant les serres. Véolia a déboursé 5 millions d’euros pour le terrassement et l’installation de ce réseau de chaleur. Au total l’investissement s’élève à 13 millions d’euros sur 5 ans et a été soutenu par plusieurs collectivités.

Une éco-serre selon les Paysans de Rougeline

L’appellation développée par les Paysans de Rougeline, dont le siège social est à Marmande, se base sur plusieurs critères, dont la non-dépendance aux énergies fossiles et l’emploi de très peu de traitements phytosanitaires. A l’intérieur de la serre, la gestion de l’eau se fera en goutte à goutte. « Ainsi on les arrose beaucoup moins qu’en pleine terre », assure Gilles Bertrandias, directeur général de Paysans de Rougeline. Et les déchets liés à la production seront aussi recyclés. Il pointe aussi la première vertu de la serre, celle de protéger les cultures des intempéries.

Pour commencer, des tomates grappes seront plantées sur le site, suivront ensuite des variétés anciennes, des tomates-cerises. Au total les Paysans de Rougeline cultivent une trentaine de variétés en France. Les Girondins pourront trouver ces tomates girondines dans les supermarchés de la région. « 70 % des fruits et légumes que nous cultivons sont commercialisés à moins de 150 km de là où nous les produisons. Le reste est exporté en Europe », précise Gilles Bertrandias En tout, la société dispose de 280 hectares de serres en France dont 50 hectares d’éco-serres. Elle est en veille permanente pour dénicher des sites industriels avec une thermie disponible.

Encore un potentiel énergétique sur le site

C’est le premier partenariat industriel de ce type noué avec Véolia. Les serres ont été installées sur une partie de la réserve foncière de l’opérateur. Ce projet permet de valoriser une part de l' énergie fatale (la chaleur) dégagée par le site. Les serres, qui doivent être en moyenne à 24° sur 24 h, ne seront pas chauffées toute l’année. « Nous avons encore un potentiel énergétique et nous recherchons d’autres partenaires pour d’autres projets », précise Sylvie Recrosio, directrice du recyclage et de la valorisation pour Véolia Aquitaine.