Procès des voleurs de grands crus: Dix prévenus condamnés à de la prison ferme

JUSTICE Les deux braqueurs et huit receleurs ont été condamnés à des peines d'emprisonnement...

Elsa Provenzano

— 

Les cambrioleurs ciblaient les grands crus.
Les cambrioleurs ciblaient les grands crus. — CRISTOFORI/SIPA

Le jugement dans l’affaire des voleurs de grands crus a été rendu ce jeudi. Dix des quinze prévenus qui comparaissaient devant la juridiction interrégionale spécialisée depuis lundi pour vol et recel de 3771 bouteilles de grands crus, entre juin 2013 et septembre 2014, ont été condamnés à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel.

Quatre ans pour les deux braqueurs

Yoann Gautreau, 27 ans, et son oncle, William Allard, 53 ans, qui l’aidait à charger les caisses de vin, ont cambriolé de prestigieux Châteaux pour un préjudice qui s’élève à un million d’euros. Ils ont été condamnés tous les deux à quatre ans de prison ferme. William Allard reste en détention et Yoann Gautreau, déjà emprisonné pour une autre affaire de cambriolage, a été placé sous mandat de dépôt. Le procureur de la République Jean-Louis Rey avait demandé, ce mercredi, une peine de quatre à cinq ans pour Yoann Gautreau et quatre à six ans pour William Allard.

Les receleurs ne sont pas épargnés

Trois filières de recel ont été identifiées grâce aux écoutes mises en place par la cellule d’enquête de la gendarmerie, baptisée Cassevin, après la découverte de l’ADN du jeune braqueur sur les lieux d’un des cambriolages. Parmi les huit prévenus qui ont été condamnés à de la prison ferme, la filière de recel basque n’a pas été épargnée. Samuel Barros, un gérant de société dans l’événementiel à Biarritz et son employé Carlos Da Silva Lopes de Sa, qui acheminait les bouteilles entre Bordeaux et Biarritz, ont été condamnés à 18 mois de prison. Le gérant devra aussi verser une amende de 60.000 euros.

Bernard Martinez, ex-gérant de la brasserie « Les Pyrénées » à Lormont, et qui avait revendu des bouteilles sur le Bon Coin à plusieurs professeurs des écoles a, lui, été condamné à 24 mois d’emprisonnement. Les deux instituteurs et le professeur de sciences politiques ont été condamnés à six mois avec sursis. Et le professeur devra verser une amende de 30.000 euros. Leurs peines ne seront pas inscrites sur leur casier judiciaire.

« J’ai eu l’impression d’entendre dans les motivations du tribunal, l’esprit de ce que j’avais plaidé. C’est une histoire à plusieurs et mon client a été entraîné pour aller voler à la carte. Les receleurs, comme je l’ai dit dans ma plaidoierie, sont des voleurs par procuration et ils ont néanmoins la conviction d’avoir les mains propres », a réagi Alexandre Novion, l’avocat de Yoann Gautreau, le principal prévenu. Il estime que la peine tient compte de la gravité des faits et de la personnalité de son client, qui était dépendant à la cocaïne au moment des faits. Il est satisfait car c’est « une peine avec un horizon. »