Gironde: Rétrogradée en D2, l’UMB-B a déposé un recours devant le CNOSF

HANDBALL FEMININ Le club girondin a deux semaines pour apporter des garanties concernant son avenir…

Marc Nouaux

— 

Bègles, le 26 août 2014 - Bernard Coly, président de l'UMB-B et son coach, Emmanuel Mayonnade.
Bègles, le 26 août 2014 - Bernard Coly, président de l'UMB-B et son coach, Emmanuel Mayonnade. — Marc Nouaux / 20 Minutes

Drôle de saison pour le club girondin de l’Union Mios Biganos - Bègles. Dernières de la saison régulière, les filles d’Emmanuel Mayonnade ont sauvé leur peau en LFH, l’élite du hand féminin français, au prix d’un beau parcours en play-down. Entre-temps, elles s’étaient offert la «petite» Coupe d’Europe en battant les Polonaises de Szczecin à Jean Dauguet.

La fin d’année a donc été radieuse et récompensée sportivement pour le club qui boucle sa deuxième saison depuis la fusion. Sauf que… la Commission Nationale de Contrôle de Gestion a refusé à l’UMB-B de rester dans l’élite, en raison d’un déficit financier, et a confirmé cette sanction en appel lundi soir. Après le retrait de trois partenaires importants, 70 000 euros manquent pour boucler le budget de la saison écoulée.

Le fantôme des Girondins HBC

Si la masse salariale a été réduite pour la saison prochaine, cela n’a pas suffi à convaincre les instances de maintenir le club en appel. Les dirigeants girondins ont alors décidé de présenter dans un délai de quinze jours un dossier au Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) afin de sauver leur place dans l’élite. Ils devront présenter des garanties financières plus solides pour espérer sauver leur tête.

Au sein du club, dont le président, Bernard Coly, n’a pu être joint ce mardi, la décision était attendue et inquiète un peu même si les membres se veulent encore confiants en ce qui concerne l’avenir de la structure. Un an après la disparition du club des Girondins HBC pour des raisons financières, la perspective de voir un autre grand nom du handball girondin s’effacer reste tout de même préoccupante.