Bordeaux: Début du procès du gang des voleurs de grands crus

JUSTICE Des malfaiteurs très organisés avaient pillé de grands domaines viticoles de la région pendant plusieurs mois...

Mickaël Bosredon

— 

Des bouteilles de vin chez un caviste
Des bouteilles de vin chez un caviste — Justin Sullivan Getty Images

L'opération était intitulée « Cassevin ». Elle avait mobilisé 300 gendarmes le 10 février 2014, dans plusieurs départements du Sud-Ouest, et dans la région parisienne. Au final, elle avait conduit à l'interpellation de dix-huit personnes, âgées entre 35 et 60 ans, soupçonnées d'être les auteurs d'une série de casses au sein de grands domaines viticoles bordelais, ou d'avoir été recéleurs de la marchandise.

Ce lundi s'ouvre le procès de ces malfaiteurs présumés, devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il est prévu de durer quatre jours.

Cette opération de grande envergure était le résultat de plusieurs mois d'enquête, initiée par le groupement de gendarmerie de la Gironde, à la suite de vols dans de très grands châteaux viticoles bordelais. Ils se sont produits régulièrement, tous les quinze jours, entre juin 2013 et février 2014.

Un gang « particulièrement bien renseigné »

Château Haut-Bailly, château Palmer, château Yquem.... Plusieurs grands crus classés ont été victimes de ce gang, « particulièrement bien renseigné » témoignait à l'époque le colonel du groupement de gendarmerie de la Gironde, Ghislain Réty. Mais aucune complicité interne aux différents châteaux n'a pu être démontrée. « Les malfaiteurs étaient rompus aux techniques de surveillance et de braquage », expliquait de son côté Eric Baille, commandant du groupement de gendarmerie de Mérignac.

Ils agissaient systématiquement de la même façon: après avoir opéré avec un véhicule volé qu'ils brûlaient par la suite, ils effaçaient leurs traces sur place à l'aide de détergents. Ils ne dérobaient pas forcément de grandes quantités de bouteilles, mais ciblaient de grands crus particulièrement recherchés.

Le préjudice dépasserait le million d'euros.