Bordeaux: L’histoire de l’avènement de Diego Rolan aux Girondins

FOOTBALL L'attaquant uruguayen va disputer dans les prochains jours la Copa America avec l'Uruguay…

Marc Nouaux

— 

Diego Rolan, buteur face avec l'Uruguay face au Guatemala, le 6 juin 2015.
Diego Rolan, buteur face avec l'Uruguay face au Guatemala, le 6 juin 2015. — Matilde Campodonico/AP/SIPA

Entre le 21 février 2013, date de sa première entrée en jeu avec les Girondins contre le Dynamo Kiev, et le mois de juin 2015, Diego Rolan n’est plus le même joueur. Désormais âgé de 22 ans, celui qui a terminé meilleur buteur du club cette saison a répondu aux critiques qu’il a subi, lorsqu’il était arrivé du Defensor Sporting, son club formateur, contre 2,5 millions d’euros.

Très vite blessé, inefficace devant le but, en difficulté dans le jeu et parfois pas irréprochable au niveau comportemental, l’Uruguayen a longtemps eu l’étiquette de « flop » collée à la peau. Ce n’est qu’au printemps 2014, date de son premier but avec Bordeaux, qu’on a senti le jeune joueur se libérer. Quelques mois plus tard, il a connu sa première sélection avec la Celeste, en août 2014 aux côtés de Cavani. A partir de samedi, il disputera la Copa America, sa première compétition internationale avec l’Uruguay.

« Personne d’autre n’a ce profil dans l’effectif »

« Peut-être que ses coéquipiers ont enfin compris son jeu, analyse Michel Le Blayo, consultant pour ARL lors des matchs des Girondins. L’équipe a plus joué pour lui sur la deuxième partie de saison. Ce que j’aime bien chez lui, ce sont ses courses, à l’image de son premier but contre Montpellier. Il trouve les intervalles et la profondeur, de ce côté-là, il a énormément progressé et personne d’autre n’a ce profil dans l’effectif. »

Une progression qu’a aussi notée son entraîneur, Willy Sagnol. « Par rapport à son investissement, à son travail réalisé au quotidien, surtout aussi à son hygiène de vie, c’est tout sauf une surprise », a rendu hommage le technicien après le dernier match de la saison. Encore buteur avec la Celeste en match de préparation le week-end dernier, Rolan, en fin de contrat en juin 2017, n’est maintenant plus sûr de rester au club.

Entré à vie dans l’histoire du club

Il est le joueur de l’effectif avec la plus forte valeur marchande (autour de 10 millions d’euros) et si Bordeaux était obligé de vendre un élément cet été, il pourrait s’en aller. « Ce serait vraiment dommage pour le club, note Le Blayo. J’aimerais vraiment le voir une saison de plus, pour me rendre compte de son évolution. Je suis vraiment curieux de voir jusqu’où il peut aller ici. »

Entré à vie dans l’histoire du club en inscrivant les derniers buts à Chaban-Delmas et les premiers dans le Nouveau stade, Rolan, qui n’a pas encore la même aura qu’un Cheick Diabaté, est au moins sûr de laisser une trace de son passage en Gironde. S’il est encore très performant lors de cette Copa America, il devrait vite attirer les convoitises et ce n’est pas à Bordeaux qu’il continuera à écrire sa propre histoire.