Le Médoc, une terre de consensus

©2007 20 minutes

— 

Ils pourraient quasiment faire campagne ensemble. Le député UMP sortant Jean-François Régère et sa rivale socialiste Pascale Got se rejoignent sur de nombreux dossiers. Tous deux promettent de créer une plate-forme de formation pour augmenter le niveau de qualification des jeunes médocains. Sur le projet de contournement autoroutier de Bordeaux, même combat : ils sont favorables au principe, mais convaincus qu'il faut « repartir sur de nouvelles bases » afin de « désenclaver le Médoc ». Soit un passage au nord-ouest de la Gironde, et non par l'agglomération bordelaise, comme prévu initialement. Ils n'oublient pas pour autant de jouer la carte du développement durable, en évoquant la nécessité de donner la priorité au ferroutage et au tram-train.

Du côté du MoDem et des Verts, les positions sont plus tranchées : Joan Taris et Stéphane Saubusse s'opposent carrément au contournement. « C'est un projet décalé par rapport au phénomène de réchauffement climatique », estime Joan Taris (MoDem), qui imagine son retrait par le nouveau ministre de l'Ecologie. Stéphane Saubusse (Verts) se fait moins d'illusions et appelle les électeurs à voter pour une politique de transports alternatifs à la route. Sur le projet de terminal méthanier du Verdon, même unanimité des candidats UMP et PS, ainsi que du MoDem. « Attendons le débat public pour prendre position », déclarent-ils. Autre leitmotiv partagé : le développement des énergies renouvelables.

cumul Pascale Got (PS) dénonce le bilan de Jean-François Régère (UMP) : « On sort de cinq ans d'immobilisme. Et Régère cumule trop de mandats. » Joan Taris (MoDem) rejoint la socialiste sur ce point.