Disparus de la Garonne: «Mon combat a payé», réagit la mère de Vincent Zecca

INTERVIEW Elle se dit «très émue» après l'annonce de la relance de l'enquête concernant la mort de son fils...

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

Sylvie Zecca, mère de Vincent Zecca, l'un des jeunes mort noyé dans la Garonne à Bordeaux en 2012
Sylvie Zecca, mère de Vincent Zecca, l'un des jeunes mort noyé dans la Garonne à Bordeaux en 2012 — PICARD JEAN/SIPA

L’affaire de la mort de Vincent Zecca, l’un des jeunes morts noyés dans la Garonne en 2012, vient d’être relancée par le doyen des juges d’instruction de Bordeaux. Sa mère, Sylvie Zecca, réagit pour 20 Minutes.

Disparus de la Garonne: L'enquête sur la mort de Vincent Zecca relancée

Comment réagissez-vous à l’annonce de l’ouverture d’une information judiciaire pour homicide volontaire et non-assistance à personne en danger, dans l’affaire de la mort de votre fils ?

Je l’ai appris hier (lundi), je ne réalise pas encore. Jusqu’à présent toutes nos plaintes étaient classées sans suite, sans qu’on en soit même informé. Alors je suis très émue : mon combat a payé. Je savais que l’on tenait quelque chose, je ne désespérais pas. Mais j’ai trouvé le temps très long… C’est aussi un grand pas pour l’association que j’ai créée (Jeunesse volée), et pour les familles des autres victimes, à Bordeaux et à Lille.

Comment expliquez-vous que l’on donne suite à vos plaintes aujourd’hui, alors que ce n’était pas le cas avant ?

Nous avons présenté un nouvel argument, qui ne figurait pas au dossier au début de l’affaire. Je ne peux rien en dire aujourd’hui, car nous réservons cet élément au juge d’instruction qui sera nommé. Ce qui est incroyable dans cette affaire, c’est que c’était à nous, victimes, d’apporter les preuves que ce n’était pas accidentel. Maintenant, il va falloir arriver au procès, c’est un autre combat qui commence.

Vous demandez aussi la jonction de l’affaire du vol des cartes bleues ?

Oui, c’est l’autre suite que nous attendons. Les deux individus qui ont volé et utilisé frauduleusement la carte bancaire de mon fils la nuit de sa disparition ont eu matériellement le temps de revenir commettre un acte criminel à l’encontre de Vincent… Je ne dis pas que c’est ce qui s’est passé, mais c’est quand même à étudier.