Polémique autour d'un colloque sur les religions

©2007 20 minutes

— 

« Scandalisé », Daniel Picotin, président d'Info Sectes Aquitaine ne veut pas du congrès du Centre pour l'étude des nouvelles religions (Cesnur) qui ouvre demain à Bordeaux-III. « Sous couvert de recherche scientifique, il banalise des mouvements qualifiés de sectes en France, même s'ils sont vus comme des religions aux Etats-Unis. » Il est surtout indigné par le lieu du colloque. « Une université doit éveiller le sens critique et non pas faire gober du lobbying. » Ces accusations sont infondées pour l'organisatrice, Bernadette Rigal-Cellar, professeur à Bordeaux-III. « On ne parlera quasiment pas des sectes. Ce qui nous intéresse, c'est de voir les transformations des grandes religions, comme les mutations de l'islam en Iran. »

Cesnur La Mission interministérielle de lutte contre les sectes estime que le Cesnur fait la promotion des sectes et mène un combat contre les associations et les organismes gouvernementaux de défense des victimes des sectes.