Nouveau Stade: De « petits ajustements » après les couacs du match d'inauguration

SECURITE Une réunion s'est tenue en préfecture au sujet des incidents constatés lors du premier match qui a eu lieu dans le nouvel équipement...

Elsa Provenzano

— 

Les joueurs girondins fêtent leur premier succès dans leur Nouveau stade, le 23 mai 2015.
Les joueurs girondins fêtent leur premier succès dans leur Nouveau stade, le 23 mai 2015. — M. Bosredon / 20 Minutes

« Il y a eu les mêmes problèmes à Saint-Etienne et il y a eu de petits ajustements. Ne vous inquiétez pas, le stade va résister ! » commente avec ironie Jean-Louis Triaud, président du club de football des Girondins de Bordeaux à la sortie de la réunion qui a rassemblé les autorités préfectorale et municipale, le concessionnaire du stade, les Girondins de Bordeaux et les supporters.

Il s’agissait de faire un point sur la sécurité du Nouveau Stade après le match d’inauguration du 23 mai. Une barrière de sécurité a cédé sous la pression des supporters fêtant le premier but des Girondins contre Montpelier, occasionnant de petites blessures (entorses), des vibrations ont été ressenties par certains supporters et presque soixante sièges ont été cassés.

« La structure ne peut pas être mise en défaut »

« Le rapport de contrôle qui a été fait après le premier match montre que le stade est parfaitement secure, la structure ne peut pas être mise en défaut », assure Simon Bertoux, directeur de cabinet du préfet de la Gironde. C’est la structure métallique du stade qui serait à l’origine de légères oscillations dont l’amplitude sera mesurée à l’occasion des prochains matchs et des solutions seront étudiées pour limiter le sentiment d’inconfort ressenti par certains supporters. Des travaux complémentaires sont déjà annoncés sur les tribunes basses du premier niveau.

La barrière qui a cédé a vocation à s’ouvrir en cas d’incident pour permettre une évacuation par la pelouse, elle va être reparamétrer pour résister davantage à la pression des supporters.

Concernant les fissures identifiées, là encore la préfecture rassure : « les craquelures repérées sur le sol de la grande coursive concernent des joints d’étanchéité qui ont séché trop rapidement et seront repris. Une seule fissure horizontale du joint située dans le creux d’une contremarche de l’escalier 19 a été repérée mais elle n’a aucune incidence sur la solidité de cet escalier. »

Les sièges, un sujet qui reste sensible

Si les Ultramarines, qui ont participé à la réunion, sont pleinement rassurés sur la barrière et les vibrations, ils restent préoccupés par la fragilité des sièges. « Il suffit de monter 10 secondes dessus et ils se cassent. On ne nous a pas demandé de nous asseoir, mais on s’est rapidement installé entre les sièges », raconte Florian Brunet, responsable de fête aux Ultramarines. Parmi eux, certains ont aussi évacué les morceaux de sièges cassés pour éviter qu’ils ne se transforment en projectiles. A terme, Florian Brunet pense qu’il sera nécessaire de changer les sièges dans la tribune populaire du virage sud, qui accueille environ 4.000 supporters.

« Certains sièges n’étaient pas bien montés et on a aussi vu (grâce à la vidéosurveillance) des groupes d’individus qui se sont mis à plusieurs pour les dégrader, c’est inadmissible », a pointé de son côté Simon Bertoux.

Les prochains matchs dans la nouvelle enceinte sont fixés aux 5 et 6 juin, dans le cadre du Top 14.