Opéra de Bordeaux: « Faire encore mieux avec un petit peu moins » pour cette saison

CULTURE L'opéra national de Bordeaux va proposer deux nouvelles créations malgré une baisse de son budget pour 2015 / 2016...

E.P. avec AFP

— 

L'Opéra de Bordeaux.Photo : Sebastien Ortola
L'Opéra de Bordeaux.Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Le budget de l’Opéra est revu à la baisse pour la saison 2015-16. La Ville va diminuer sa subvention d’un million d’euros par an, sur trois ans, et la Région de 40.000 euros par an, en raison de la réduction de la dotation de l’Etat aux collectivités locales. L’Opéra national de Bordeaux (ONB) restera néanmoins fidèle à sa politique de créations d’opéras avec deux nouvelles productions sur les sept oeuvres programmées. Le budget pour cette saison s’élève à 33,2 millions d’euros.

250 représentations au lieu de 271

« Faire encore mieux avec un petit peu moins », c’est pour Thierry Fouquet, qui est à la tête de l’ONB depuis 1996, la « contrainte » de la saison 2015-16, ce qui se traduira par 105 programmes au lieu de 127 en 2014-15 et 250 représentations au lieu de 271, a-t-il annoncé au cours d’une conférence de presse. Et, par voie de conséquence, 186.000 billets seront mis en vente contre 220.000.

Côté nouvelles productions, la saison lyrique s’ouvrira avec « Don Carlo » du compositeur italien Giuseppe Verdi, avec à la baguette le chef d’orchestre français Alain Lombard. La seconde création sera également un opéra de Verdi, le chatoyant « Simon Boccanegra », qui verra la première mise en scène d’opéra de Catherine Marnas, la toute récente directrice du Théâtre national de Bordeaux Aquitaine (TnBA). Et le chef d’orchestre sera le Directeur musical de l’ orchestre national de Bordeaux Aquitaine (OnBA), le Britannique Paul Daniel.

De grands pianistes programmés

Côté concerts, les amateurs seront gâtés avec le pianiste chinois Lang Lang, les pianistes françaises et sœurs Katia et Marielle Labèque, toujours au clavier le Français Alexandre Tharaud, les ensembles baroques des Arts Florissants et de Pygmalion, ainsi que la mezzo-soprano américaine Susan Graham. Enfin, dans un autre genre, la chanteuse de jazz américaine Stacey Kent.

Comme artiste associé, le compositeur français Guillaume Connesson verra la création de sa « Cantate pour choeur et orchestre, Astralis », sous la direction de Paul Daniel.

Dans le domaine de la danse, la coopération déjà engagée avec l’Opéra Le Capitole de Toulouse et le ballet de Biarritz se renforce, avec notamment l’importation toulousaine d’une chorégraphie, « La Reine morte », de l’ancien danseur-étoile français de l’Opéra de Paris, Kader Belarbi.