Affaire Bettencourt: Banier condamné à de la prison ferme, Woerth relaxé totalement

JUSTICE Les délibérés dans les volets « abus de faiblesse » et « trafic d'influence » de l'affaire ont été rendus ce jeudi par le tribunal correctionnel de Bordeaux...

Elsa Provenzano

— 

François-Marie Banier sur les marches du tribunal de Bordeaux. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH Lancer le diaporama
François-Marie Banier sur les marches du tribunal de Bordeaux. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH — AFP

Les jugements des deux premiers procès de l’affaire Bettencourt, qui se sont tenus entre janvier et mars à Bordeaux, viennent d’être rendus par le tribunal correctionnel, ce jeudi en début d’après-midi.

Banier condamné à trois ans de prison

François-Marie Banier, principal prévenu du volet « abus de faiblesse » était soupçonné comme neuf autres prévenus d’avoir abusé de la vulnérabilité de Liliane Bettencourt, l’héritière de l’Oréal. Il a été condamné à trois ans de prison, dont 6 mois avec sursis, et à une amende de 350.000 euros. Le procureur avait requis la peine maximale à son encontre, soit 3 ans de prison et 375.000 euros d’amende. Il a aussi été condamné à verser plus 158 millions d’euros au tuteur de Liliane Bettencourt. L’avocat de François-Marie Banier a indiqué que son client allait faire appel de ce jugement.

Double relaxe pour Woerth

Eric Woerth et Patrice de Maistre ont été relaxé dans le volet trafic d’influence. Une double relaxe a été prononcée pour l’ancien ministre UMP du budget. La relaxe avait été requise pour lui, aussi bien dans l’affaire d’abus de faiblesse que dans celle de trafic d’influence. Dans cette dernière, il est suspecté que Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, en contrepartie de son intervention dans l’embauche de Florence Woerth ait été nommé chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur grâce à l’intervention d’Eric Woerth, en juillet 2007.

Martin d’Orgeval, le compagnon de François-Marie Banier, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 150.000 d’amendes. Et Patrice de Maistre a été reconnu coupable des charges d’abus de faiblesse et condamné à 30 mois de prison, dont 12 avec sursis 250.000 d’amendes. Dans ses réquisitions, le procureur avait demandé pour eux deux, 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis et une amende de 375.000 euros. Dans le volet trafic d’influence, la relaxe avait été demandée pour De Maistre.