Bordeaux: Ce qu'il faut retenir de la saison 2014-2015

FOOTBALL Sixième de Ligue 1, Bordeaux ne pouvait sans doute pas espérer mieux cette année…

Marc Nouaux

— 

Le Girondin Diego Rolan, révélation de la saison avec 15 buts marqués en Ligue 1, lors d'un match contre Montpellier, le 25 mai 2015.
Le Girondin Diego Rolan, révélation de la saison avec 15 buts marqués en Ligue 1, lors d'un match contre Montpellier, le 25 mai 2015. — Ugo Amez/SIPA

Les Girondins ont terminé sixièmes de Ligue 1, à huit points du podium. Ils ne pouvaient sans doute pas espérer beaucoup mieux cette saison. On dresse le bilan de cette saison positive mais un peu mitigée.

Des résultats très irréguliers

«On aurait peut-être pu accrocher mieux mais moi, ce qui m’intéresse au-delà de la place, c’est le nombre de points.» Willy Sagnol, l’entraîneur, dresse un bilan plutôt positif de sa première saison en Gironde. «63 points, c’est le meilleur résultat depuis cinq ans, précise-t-il. Ce qui montre aussi que les joueurs sont en progression et cette année, on a mis des bases solides pour l’année prochaine. Je ne sais pas si on peut viser plus haut mais en tout cas pour essayer de réduire tous ces passages à vide que l’on a eu cette année.»

En réussissant à battre toutes les équipes de première moitié de tableau excepté Lyon, Bordeaux a prouvé qu’il pouvait rivaliser avec tout le monde. Il manque encore la régularité pour espérer mieux.

Un coach réactif et omniprésent

Pour sa première sur le banc de touche d’un club professionnel, Sagnol n’a pas laissé insensible. Entre ses prises de position tranchées lors de certains débats, son agitation sur le banc de touche ou encore la polémique qu'il a déclenché avec ses propos sur les joueurs africains, son nom a souvent été cité cette saison.

A Bordeaux, c’est lui la star du club. Celui qui a joué une finale de Coupe du monde et remporté une Ligue des Champions avec le Bayern a choisi de tout encaisser et place ses pions au sein de l’institution Girondins. Il est arrivé avec un seul adjoint (Matrisciano) avant de faire venir Guillou, puis de changer le médecin en place depuis 25 ans (Dubeau remplacé par Brochet) et de recruter un nouveau préparateur physique (Guichard). Jusqu’où va aller la révolution Sagnol en Gironde?

Les jeunes ont eu leur chance

Yambéré, Kaabouni, Touré, Crivelli, Guilbert… par défaut ou par choix, les jeunes du centre de formation des Girondins ont eu leur mot à dire. Depuis l’été dernier, presqu’une dizaine de jeunes ont ainsi pu parapher leur premier contrat professionnel. La meilleure illustration de cette confiance faite aux jeunes reste la titularisation à Paris de Yambéré pour son premier match avec les pros. Idem pour Guilbert, le jeune latéral, propulsé d’entrée de jeu à Lyon pour un match comptant pour la qualification européenne.

Si Francis Gillot estimait que les jeunes «n’étaient pas encore prêts», son successeur n’a pas hésité à les utiliser. Deux ans après, la victoire obtenue en Gambardella par certains (Prior, Kaabouni, Crivelli, Laborde…) commence à porter ses fruits.

L'équipe a retrouvé en partie son public

L'adieu à Lescure dans une ambiance de folie et l'inauguration du Nouveau stade devant plus de 42 000 spectateurs ont laissé un sentiment très positif. Il ne faut pas oublier que pendant la saison, les Girondins ont rarement réussi à remplir leur enceinte. Il n'empêche qu'après les 18 derniers mois soporifiques vécus sous Francis Gillot et les promesses affichées pendant l'été 2014, les Girondins ont bénéficié de plus d'enthousiasme et d'indulgence cette année. L'opération reconquête est en marche avant d'entamer la première saison dans le Nouveau stade.