Bordeaux: La fête pour l’inauguration du Nouveau stade ternie par quelques couacs

EVENEMENT Bouchons dans le quartier du Lac, trams saturés et restauration débordée… Tout n’a pas été parfait pour le match d’inauguration au Nouveau stade…

Mickaël Bosredon

— 

Fan Zone au Nouveau stade de Bordeaux
Fan Zone au Nouveau stade de Bordeaux — M.Bosredon

Le premier match des Girondins au Nouveau stade de Bordeaux, samedi soir, a été une fête réussie pour les supporteurs. Stade magnifique, acoustique de qualité, animations grandioses et, cerise sur le gâteau, la présence de Zinedine Zidane pour le coup d’envoi. Rien à dire, tout le monde est reparti enchanté.

 

D'autant que, hormis une barrière de sécurité qui a cédé sous le poids des supporteurs après le premier but de Rolan, et une quinzaine de sièges cassés dans le virage sud, aucun incident notable n’est venu émailler le dispositif mis en place.

Les Ultras avaient prévenu qu’ils ne resteraient pas sagement assis, et que les nouveaux sièges pourraient s’avérer un peu fragiles… De même, ils n’ont pas du tout apprécié la nouvelle consigne d’interdiction de fumer dans les tribunes. A la 35ème minute, tous les fumeurs du virage sud ont donc allumé leur cigarette en signe de protestation.

Des vibrations surprenantes

Certains supporteurs ont eux été surpris par les vibrations dans l’enceinte. « J’étais placé en tribune haute au-dessus des Ultras, raconte Grégory, ça bouge énormément. A tel point que l’on commençait sérieusement à s’inquiéter. Mais renseignement pris, paraît-il que c’est tout à fait normal, par rapport aux normes antisismiques. Il n’empêche qu’il va falloir s’habituer, car cela surprend vraiment. »

« J’ai dû laisser passer sept ou huit trams avant de monter dans une rame »

Mais c’est surtout aux abords du stade que les principaux couacs ont été relevés. A commencer par la circulation. Les 6.000 places du parking du Parc des expositions ont été prises d’assaut dès la fin d’après-midi, et il fallait patienter parfois plus de trente minutes pour trouver sa place. Pendant ce temps, la fourrière s’en donnait à cœur joie sur les allées proche du stade, notamment allée de la Jallère. Des dizaines de voitures ont ainsi été enlevées.

Côté transports en commun, la TBC a tenu sa promesse d’assurer un tram toutes les trois minutes à partir de 19h. Insuffisant. Grégory, qui habite place Ravezies, soit à quatre stations du Nouveau Stade, a mis… 45 minutes pour rejoindre l’enceinte. « J’ai dû laisser passer sept ou huit trams avant de pouvoir monter dans une rame », raconte-t-il.

Une heure pour quitter le quartier du Lac à la fin de la rencontre

Mais le pire restait à venir. Comme prévu, le quartier s’est retrouvé complètement paralysé lorsque les 40.000 spectateurs ont quitté le stade vers 23h30, après le spectacle son et lumière proposé à l’issue du match. Il fallait compter jusqu’à une heure pour quitter les abords de l’enceinte. Et les policiers présents pour assurer la régulation se sont vite retrouvé débordés.

Plus de 30 minutes pour un sandwich

L’autre point noir de la soirée aura été la restauration. Une dizaine de « food trucks » étaient installés le long des allées de la nouvelle « fan zone. » L’endroit était jugé plutôt sympathique par les supporters, mais ceux-ci ont vite déchanté lorsqu’ils se sont aperçus qu’il fallait attendre plus de trente minutes pour se faire servir.

Et surtout lorsque, passé 19h, il n’y avait plus rien à manger. « On pensait du coup se rabattre sur les buvettes placées dans les coursives à l’intérieur du stade, raconte Sébastien, mais celles-ci ont été prises d’assaut à l’ouverture du stade, et elles ont été dévalisées en un temps record. Résultat: nous n’avons pu manger qu’après le match, à 23h30… »

Fan Zone au Nouveau Stade de Bordeaux - M.Bosredon

Les vendeurs ambulants relégués à 800 mètres du stade

Chaque rencontre des Girondins n’attirera pas systématiquement plus de 40.000 spectateurs. Mais pour les matchs de gala, l’intendance pourrait donc s’avérer un peu juste. Une situation d’autant plus paradoxale que les vendeurs ambulants présents au stade Chaban-Delmas, n’ont pas le droit de s’installer à moins de 800 m du Nouveau stade, suite aux concessions accordées à trois entreprises concernant la restauration.

Ces vendeurs historiques ont manifesté leur mécontentement samedi, parlant de « mort assurée » pour eux. Beaucoup de supporteurs leur ont apporté leur soutien, estimant qu’ils « font partie du décor », et regrettant la hausse des prix pour les sandwichs et les bières appliquée par les nouveaux food trucks. C’est le cas de Jérémy, de Libourne, même s’il se dit « conciliant car c’était la première ; on espère que l’organisation s’améliorera pour les prochains matchs. » Il reste un peu plus de deux mois pour corriger le tir.