Bordeaux: La cocaïne était dissimulée dans des boudins martiniquais

JUSTICE Le tribunal correctionnel vient de se pencher sur un vaste réseau de trafic de drogue...

M.B.

— 

Illustration boudin
Illustration boudin — CHAUVEAU NICOLAS/SIPA

Une dizaine de personnes comparaissaient vendredi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Elles faisaient partie d'un réseau de trafic de stupéfiants entre la Martinique et Bordeaux, relate Sud-Ouest ce lundi.

L'affaire démarre le 7 octobre 2013, lorsque les douaniers mettent la main sur un colis à destination d'une habitante de Talence (Gironde) contenant des bouteilles de rhum, renfermant elles-mêmes des boudins martiniquais, dont la particularité est d'être fortement aromatisés et épicés. Interpellés, les douaniers décident de les ouvrir et découvrent... 500 grammes de cocaïne pure à 75%.

Deux jours plus tard, re-belote. Mêmes paquets, même destinataire. Avec cette fois 630 grammes de cocaïne pure à 89%. La douane se rend alors au domicile de la Talençaise, et confiera par la suite l'affaire à l'antenne bordelaise de l'Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illégal de stupéfiants).

Plusieurs peines de prison ferme

Une vaste enquête démarre. Elle disculpera la Talençaise, qui ne savait visiblement pas ce que contenaient les colis. La jeune femme avait rendu service à son ex-petit ami, qui devait régler une dette de stupéfiants. Les colis devaient servir un habitant d'Arès (Gironde) âgé de 42 ans, surnommé « Kayser », qui s'apprêtait à revendre la marchandise. Il a écopé de cinq ans de prison ferme. L'ex-petit ami a été condamné à un an ferme.

La « tête » de ce réseau, un Néerlandais de 39 ans, a pris six ans ferme. Plusieurs autres condamnations à de la prison ferme ou avec sursis ont été prononcées contre les autres membres de ce trafic.