Bordeaux: Au cœur d’un quartier peu fréquenté, le Nouveau stade espère vivre même en semaine

QUARTIER SBA et les Girondins espèrent faire du Nouveau stade un lieu de vie malgré la faible affluence du quartier de Bordeaux-Lac…

Marc Nouaux

— 

Le Nouveau Stade de Bordeaux, le jour de son inauguration officielle, le 18 mai 2015
Le Nouveau Stade de Bordeaux, le jour de son inauguration officielle, le 18 mai 2015 — M.Bosredon/20Minutes

Comment faire vivre le quartier du Lac où est implanté le Nouveau stade de Bordeaux ? Reculée par rapport au centre ville (environ 30 minutes de tram pour s’y rendre), la future enceinte des Girondins ne se situe pas dans une zone touristique ou commerciale. Pourtant, la volonté générale est de la valoriser même les jours où il n’y a pas de rencontres.

« On a envie d’en faire un lieu de vie avant, pendant et après car ça suffit que le public parte juste après le match », a ainsi souhaité Arielle Piazza, adjointe au maire de Bordeaux en charge des sports. Seulement, le public sera-t-il tenté de se déplacer dans un quartier où se côtoient simplement bureaux et usines ?

« Trop tôt pour parler des visites pour le grand public »

« On veut en faire un lieu de vie mais il faut y travailler dessus, reconnaît Céline Cluzel, responsable de communication de SBA, exploitant du stade. Pour les mois de mai et juin, nous avons de nombreux séminaires et congrès calés ainsi que beaucoup de demandes pour la rentrée. Tout ce qui est événement d’entreprises, cela marche bien. »

Pour le grand public, en revanche, la question se pose. Pour l’instant, SBA estime qu’il est « encore trop tôt » pour parler d’éventuelles visites organisées (deux journées portes ouvertes sont prévues les 20 et 21 juin) mais elles devraient voir le jour. Le restaurant, qui doit ouvrir dans l’été (mi-juillet ou début août) pourrait être vecteur de passage. Il sera ouvert du lundi au vendredi midi, ainsi que les jours où il y aura des événements, mais difficile d’avoir plus d’informations à son sujet (prix, carte) même s’il semble que l’on s’orienterait plutôt vers une brasserie.

« L’enjeu n’est pas commercial, c’est surtout une question d’image »

Les Girondins comptent surtout sur leur grande galerie identitaire de 700 m² (qui ouvrira ses portes ce samedi à partir de 14h et qui sera ouverte du lundi au samedi de 10h à 19h) regroupant trois boutiques (Puma, Scapulaire et Girondins autour d’une grande rue de 50 m²).

«Le pari qui est fait, c’est d’attirer les sympathisants du club toute la semaine dans ce lieu de vie, ambitionne Denis Brudieux, directeur merchandising des Girondins. L’enjeu n’est pas commercial, c’est surtout une question d’image. Nous souhaitons une vitrine accessible à tout le monde. »

Les supporteurs sont pour le moment dubitatifs. « En tant que supporteur, si je passe devant, je m’y arrêterai, explique Allan Coquin, fan inconditionnel des Girondins. Mais je ne ferai pas une demi-heure de tram pour y aller. » « Je reconnais que c’est un pari mais nous n’avons aucune inquiétude quant à l’attractivité de la galerie, répond Denis Brudieux. Nous avons aussi entamé des discussions avec d’autres marques et clubs régionaux et nous n’excluons pas de vendre des produits hors-foot afin de développer l’identité régionale autour des Girondins. »