Lot-et-Garonne: Le projet de Center Parcs contesté par des zadistes

SOCIETE L’implantation d’un village Center Parcs est prévue aux environs de 2019, sur 130 hectares, dans le sud du département…

Elsa Provenzano

— 

Illustration d'un complexe Center parcs, en Moselle.
Illustration d'un complexe Center parcs, en Moselle. — POL EMILE/SIPA

Après l’annonce du projet d’implantation d’un Center Parcs dans le sud du Lot-et-Garonne au mois de mars, des opposants au projet ont décidé de se mobiliser sur place, à Pindères et Beauziac. Une page Facebook « Zad ( zone à défendre) de Casteljaloux pour empêcher center Parcs et ses bulles d’air » a été créée fin avril. Elle rassemble plus de 400 personnes.

Center Parcs de Roybon: L'évacuation des «zadistes» attendra la décision du tribunal

« Pierre et Vacances veut créer des dômes d’airs non pollués qui seront chauffés à 29 degrés, 365 jours par an, et 24 h sur 24. Nous pourrions nous arrêter au fait que ce style d’infrastructure, est très gourmande en énergie, donc très polluante ! Mais malheureusement ce n’est pas tout ! 127 hectares de forêt naturelle vont être rasés pour ce projet ! », explique le créateur du groupe Facebook, sur la page.

130 hectares sont concernés par le projet, 85 achetés par le groupe Pierre et Vacances et 45 acquis par le Conseil départemental du Lot-et-Garonne. Celui-ci affirme qu’il s’agit d’une forêt de pins « plantée » et non naturelle.

Un complexe de 39.000 m2

Le groupe Pierre et Vacances Center Parcs prévoit un complexe touristique de 39.000 m2 au total : 27.000 m2 de logements (soit 1.400 cottages et 2.000 lits) et 12.000 m2 d’équipements de loisirs et de services (restaurants, commerces, espaces de jeux aquatiques etc.) Le calendrier n’est pas encore fixé définitivement, mais l’ouverture pourrait intervenir aux environs de 2019.

Le Conseil économique social et environnemental régional a livré un rapport défavorable au projet jugé « hors sol, en décalage avec les orientations stratégiques régionales et qui n’apporte aucune plus-value à l’offre régionale ».

Environ 300 créations d’emplois envisagées

Le projet est défendu par le Conseil départemental du Lot-et-Garonne et le Conseil régional d’Aquitaine qui y voient une opportunité économique, s’appuyant sur les prévisions de Center Parcs en termes d’embauches. Le groupe estime que la phase chantier, d’une durée de deux ans, permettra de créer 250 à 500 emplois et envisage environ 300 emplois directs, en phase d’exploitation.

Le montant total des investissements est évalué à 170 millions d’euros. 25 à 30 millions de fonds publics sont susceptibles d’être mobilisés pour financer ce village touristique. Un comité de suivi environnemental, auquel participent des associations de défense de l’environnement, doit se tenir d’ici fin juin.