Bordeaux: Une nouvelle desserte ferroviaire pour l'ouest de l'agglomération

TRANSPORTS Un nouveau tronçon d'1,5 kilomètre est en cours de construction pour améliorer la liaison entre le Médoc et la métropole...

Elsa Provenzano

— 

Plan d'aménagement ferroviaire.
Plan d'aménagement ferroviaire. — Sncf Réseau

C’est une bonne nouvelle pour les habitants de l’ouest de l’agglomération. La construction d’un tronçon d’1,5 km s’intensifie et il reliera bientôt la ligne ferroviaire de ceinture existante à la gare de Pessac, reconstituant ainsi le Triangle des Echoppes, fermé depuis 1951 après la fin de son exploitation à des fins militaires.

De nombreuses connexions avec le tram

Les habitants du Médoc pourront rallier Macau à Pessac en 33 minutes, contre 1 heure actuellement. « Le gain sera de 180.000 voyageurs par an, entre le Verdon et Pessac, selon nos estimations. Cela représente un gain de 40 % en termes de fréquentation selon l’hypothèse retenue de dix allers-retours par jour sur la liaison », précise James Soldevila, directeur d’opération SNCF Réseau.

La liaison permettra aux voyageurs de prendre facilement le tram à leur descente du train à Mérignac Arlac par exemple, mais aussi en gare de Pessac, troisième gare TER d’Aquitaine. Cette nouvelle liaison contribue à mailler le réseau et permet également d’éviter de passer par la gare Saint-Jean, qui va connaître une hausse sensible de son trafic voyageur avec la mise en service de la LGV en 2017.

Fin des travaux en octobre 2016

Le tablier du pont ferroviaire, d’une longueur de 50 mètres, sera installé les 6 et 7 juin, lors d’une opération coup de poing. Les travaux, initiés en septembre 2014, se poursuivront, après l’installation du pont, avec le terrassement et l’installation des quais cet été. Début 2016, la signalisation et les télécoms seront mis en place pour une fin de chantier programmée pour octobre 2016. La Région, autorité organisatrice pour les TER, décidera alors de la date de la mise en service.

Le coût de l’opération est de 25,6 millions d’euros, financés à 79,5 % par le Conseil régional et 20,5 % par SNCF Réseau.