Gironde: Les huîtres du Banc d'Arguin interdites à la commercialisation

SANTE Les coquillages issus de ce secteur ne peuvent pas être commercialisés en raison de la présence d'une toxine...  

E.P. avec AFP

— 

Pyla-sur-Mer, 30 aout 2012. - Ostreiculture sur le banc d'Arguin face a la dune du Pyla. Ostreiculteurs. Huitres. - Photo : Sebastien Ortola
Pyla-sur-Mer, 30 aout 2012. - Ostreiculture sur le banc d'Arguin face a la dune du Pyla. Ostreiculteurs. Huitres. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Après les moules, coques et pétoncles, qui sont jugés impropres à la consommation depuis le 24 avril, c’est au tour des huîtres du Banc d’Arguin, zone conchylicole située à l’entrée du Bassin, d’être interdites à la commercialisation, depuis mercredi.

Les résultats des analyses effectuées cette semaine par le réseau de surveillance de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) ont révélé une contamination des huîtres du banc d’Arguin par des toxines lipophiles, supérieure au seuil d’alerte et une poursuite de la contamination des moules, coques et pétoncles dans l’ensemble du bassin d’Arcachon, annonce la préfecture dans un communiqué.

Un réchauffement rapide de l’eau en cause

Ces mesures seront revues dès lors que les analyses établiront une amélioration de la qualité sanitaire de ces coquillages, précise la préfecture. Les huîtres du Bassin d’Arcachon restent pour l’instant épargnées par la toxine, liée à une micro-algue, et qui est susceptible de générer des troubles gastriques.

Ces dernières années, les huîtres et autres coquillages du Bassin ont connu des périodes sporadiques d’interdiction de consommation, allant de quelques jours à plusieurs semaines, à cause de la présence de ces toxines lipophiles (susceptibles de s’accumuler dans les coquillages) liées à une micro-algue. Ce phénomène naturel, en partie saisonnier, est associé notamment à un réchauffement rapide de l’eau.