Bordeaux: Victoire dans une ambiance de gala pour les Girondins

FOOTBALL La der des Girondins à Chaban a été une franche réussite en termes de fête…

Marc Nouaux

— 

Le dernier match à Chaban-Delmas vu vu virage sud.
Le dernier match à Chaban-Delmas vu vu virage sud. — M. Bosredon / 20 Minutes

Quel engouement! Les Girondins ont vécu une folle soirée pour leur adieu à Chaban-Delmas. Vainqueurs (2-1) de Nantes grâce à un doublé de Rolan, ils ont été célébrés par plus de 31 400 spectateurs dont près de 8 000 étaient déjà présents place de la République en début d’après-midi pour rendre hommage à d’anciennes gloires.

«Quand j’en parlais en famille, c’était partagé entre les nostalgiques et ceux qui ne le sont pas, raconte le président, Jean-Louis Triaud. Je peux donc comprendre cette atmosphère.» «C’était magnifique abonde, Nicolas Maurice-Belay. Ils [les supporteurs] ont fait un très gros travail car ce n’est pas facile. Toute la journée, il a fallu faire le show dans la ville, ça veut dire qu’ils ont une assez bonne endurance [sourires].»

Planus a eu droit à une vraie fête

Les trois magnifiques tifos déployés avant le match ainsi que les nombreux drapeaux agités par l’ensemble du stade ont été les clous du spectacle. «On était un peu tétanisé par l’enjeu en début de match», reconnaît tout de même le défenseur, Marc Planus, qui a eu droit à plusieurs hommages spéciaux. Un avant le match, une minute d’applaudissements à la 27e minute et un tour d’honneur, porté en triomphe par ses coéquipiers après la rencontre.

«C’était un grand moment, on imagine jamais avoir une ovation comme ça, ça prouve le soutien du public bordelais a ses enfants», a-t-il évoqué en conférence de presse. A la suite de son intervention, il a échangé quelques mots avec les journalistes et a eu aussi droit à sa salve d’applaudissements en sortant de la salle de presse.

«Plusieurs semaines que l’on est beaucoup dans l’émotion»

L’ambiance ne pouvait donc qu’être à la fête, malgré la mauvaise qualité de la rencontre. «Ce n’était certainement pas notre meilleur match de la saison en termes de contenu, a reconnu le coach, Willy Sagnol. Mais ça fait plusieurs semaines que l’on est beaucoup dans l’émotion à Bordeaux. Entre la réception de Marseille, la dernière à Lescure, le dernier match de Marc [Planus], ça fait beaucoup de choses à gérer pour le groupe qui enchaîne émotions sur émotions et ce n’est pas évident de jouer au foot dans des conditions comme ça. Après, on a encore eu un public énorme ce soir [samedi] et je pense que c’est lui qui nous fait gagner le match.»

Le job a donc été fait et la fête n’a pas été gâchée. «C’était surtout important parce qu’on n’a que trois points d’avance contre Montpellier, insiste Triaud. Il ne fallait pas se prendre les pieds dans le tapis.» Les joueurs ont assumé leurs responsabilités, s’offrant, pour la plupart très jeunes, l’une des plus belles émotions de leur carrière.