Bordeaux : Chaban a tremblé d’émotion pour la der

FOOTBALL Les supporters avaient préparé des tifos exceptionnels pour le dernier match des Girondins dans leur enceinte historique…

Mickaël Bosredon

— 

Le dernier match à Chaban-Delmas vu vu virage sud. Lancer le diaporama
Le dernier match à Chaban-Delmas vu vu virage sud. — M. Bosredon / 20 Minutes

Des frissons dans tout Chaban. «Cela faisait longtemps que le stade n’avait pas chanté comme cela une heure avant le match. »Et a quelques minutes du coup d’envoi, les tifos se sont dressé comme un seul homme de toutes les tribunes. Mémorable. De mémoire de supporter, il faut remonter plusieurs années en arrière pour retrouver un Chaban qui résonne de la sorte.

«Il y a beaucoup d’émotions dans les tribunes », confirment Denis Gach et son fils Enzo, qui suivent les Girondins depuis trente et dix ans. Denis y a beaucoup de souvenirs, particulièrement le Bordeaux-Juventus et le Bordeaux-Milan de 1996, « les deux plus grands moments de Lescure.»

«Lizarazu a dit que c'était plus fort que la Coupe du Monde»

Pour Gregory Benoît, qui a vu son premier match à Lescure en 1984, à l’âge de 7 ans («un Bordeaux-Tours dont je me souviens à peine»), le Bordeaux-Milan reste au top des souvenirs. «Niveau ambiance, on n’avait jamais vu cela. Le stade était archi-plein deux heures avant le coup d’envoi, les joueurs sont venus voir la pelouse en civil, ils ont tous reconnu qu’il s’était passé quelquechose ce soir là. Même Lizarazu a dit que c’était plus fort que la Coupe du Monde au niveau de la relation avec le public. »

Il y a aussi le « titre de Champion de France de 1999. Les Girondins avaient gagné à Paris ce soir-là ; je regardais le match à la patinoire de Mériadeck où il était retransmis. Dès la fin de la rencontre on s’est tous précipité à Lescure qui a ouvert ses portes pour l’occasion. Les joueurs sont arrivés dans la soirée. Nous sommes restés jusqu’à quatre heures du matin. »

Beaucoup de nostalgie dans les tribunes

Grégory a vu «plus de 500 matchs à Lescure», et «toujours dans la même tribune.» Le virage sud, forcément. Il concède juste être «remonté un peu dans les gradins au fil des ans. On vieillit…»

Chaban, cela restera le stade historique des Girondins. « Avec tous ses défauts, mais on est resté fidèles.» Cela n’empêche pas qu’il ne regrette pas ce déménagement.

Même appréciation pour Jean-Claude. Même s’il quitte Chaban « avec un pincement au cœur», il a déjà pris son abonnement au Nouveau Stade. «Il était temps. J’ai visité le Nouveau Stade, il est magnifique. Les tribunes sont plus proches du terrain, ce sera parfait.»

Mais ce soir, personne n’avait la tête au stade du quartier du Lac. Ce soir, c’est la fête de Chaban. Et elle devrait se poursuivre tard, très tard.