Bordeaux: Visé par une plainte pour harcèlement, Robuchon affirme que «la victime, c'est moi»

GASTRONOMIE Dans un entretien à Sud-Ouest, le chef multi-étoilés est longuement revenu sur les accusations dont il fait l'objet suite à l'ouverture de La Grande Maison...  

M.B.
— 
Joël Robuchon dans son restaurant "La Grande maison" le 6 décembre 2014 in Bordeaux
Joël Robuchon dans son restaurant "La Grande maison" le 6 décembre 2014 in Bordeaux — Nicolas Tucat AFP

Il ne «conteste pas» son «caractère exigeant sur la qualité, la rigueur et la discipline.» Mais «il n'y a jamais eu chez moi de harcèlement ou de violence. Je n'ai jamais touché un seul de mes employés.» Dans un entretien au quotidien Sud-Ouest, le chef multi-étoilés Joël Robuchon revient longuement sur les accusations de harcèlement dont il fait l'objet, au sein de l'établissement bordelais La Grande Maison, ouvert en décembre 2014. Et assure que, dans cette affaire, «la victime c'est moi.»

Révélée par France 3, une plainte avait été déposée par un commis quelques semaines après l'inauguration de l'établissement, visant directement Tomonori Danzaki, le chef qui officie aux fourneaux de La Grande Maison. «Je fais entièrement confiance à M. Danzaki qui, il faut le savoir, a travaillé à Las Vegas avec le management à l'américaine, explique Joël Robuchon. Là-bas, un mot de travers et vous pouvez vous retrouver au tribunal. Il ne parle pas encore très bien français, il s'est demandé ce qui lui tombait sur la tête.»

«Un client est déjà venu dix fois»

Le chef est, entre autres, accusé d'avoir forcé le commis à ingérer de l'eau salée. «Ce n'est même pas lui qui a fait goûter la cuiller d'eau salée à ce commis qui n'est resté que deux jours, assure Joël Robuchon, c'est le sous-chef qui a depuis quitté «La Grande Maison» pour lancer son restaurant à Bordeaux et qui nous a apporté son témoignage. En cuisine, goûter ce qu'on prépare est un geste coutumier et naturel.»

En ce qui concerne la suite de la procédure, Joël Robuchon ne souhaite pas s'étaler: «nous avons déposé une plainte en diffamation, je n'en dirai pas plus sur certains faits qui ne relèvent pas forcément du hasard comme le lancement de la série télévisée «Chef» sur France-Télévisions.»

Joël Robuchon a également dressé un premier bilan, cinq mois après l'ouverture de La Grande Maison. «Nous avons réussi à faire venir une clientèle qui, pour l'instant, reste essentiellement locale, voire régionale, et à en fidéliser une partie. Un de nos clients est même déjà venu dix fois. Cela me confirme que Bordeaux était une des très rares villes de France où on pouvait ouvrir un restaurant de ce niveau gastronomique.»