« Un moyen d'accroître la rentabilité »

©2007 20 minutes

— 

Jean-Yves Ségura

Directeur de projet

à Secma Bâtiment.

Secma Bâtiment participe aujourd'hui à la table ronde de l'Aract. Vous avez mis en place des mesures pour la qualité de vie au travail afin de faciliter le recrutement. Pourquoi cette démarche ?

On désirait améliorer les conditions de travail. Il y a un an et demi, on a souhaité recueillir l'avis de nos salariés sur l'entreprise. Nous avions entendu parler de la gestion des perspectives sociales (GPS), un questionnaire confidentiel rédigé et traité par l'Association régionale pour l'amélioration des conditions de travail (Aract).

Quels ont été les résultats ?

Quelque 85 % des employés avaient envie de poursuivre leur carrière dans notre entreprise et seuls 45 % pensaient pouvoir y arriver. Cette cassure de 40 % nous a intrigués car on voudrait que les gens restent chez nous. On s'est donc penché sur la gestion des compétences, via des entretiens individuels - ce que nous n'avions pas fait jusqu'à présent - avec des demandes de formation. Cette année, on va former dix-neuf salariés [sur les trente-neuf que compte la PME].

Quelles autres mesures ont été mises en place ?

Nous avons créé cette année une société de services pour assurer l'accueil et le confort des salariés sur les chantiers. On a acheté des roulottes équipées de WC, douche, kitchenette, bureau... C'est aussi un moyen d'attirer les jeunes gens au milieu du bâtiment. Avant, on ne parlait pas de confort.

Avez-vous eu des retombées au niveau

de la performance ?

Avec l'amélioration des conditions de travail, on accroît aussi la rentabilité. Ça représente un coût - 150 000 € - mais au bout d'un an, l'entreprise est plus rentable.