Illustration de la gendarmerie.
Illustration de la gendarmerie. — XAVIER VILA/SIPA

JUSTICE

Lot-et-Garonne : Après la disparition d'une octogénaire Britannique, un corps mutilé retrouvé et un suspect déféré à Agen

La disparition de la vieille dame a été signalée le 11 avril, par son fils...

Il s'agirait bien du corps de l'octogénaire Britannique disparue le 11 avril, selon les premiers éléments. Ce jeudi, le corps mutilé d'une femme a été découvert «en deux endroits différents» par des gendarmes du Lot-et-Garonne qui enquêtaient sur la disparition inquiétante de la Britannique, Violet Price, sur les indications d'un suspect placé en garde à vue, a déclaré jeudi le procureur de la République d'Agen, Pascal Prache.

Une information judiciaire pour «assassinat en récidive»

«Tant au vu des déclarations du mis en cause que des constatations sur place, il semble bien s'agir du corps de Violet Price», disparue depuis samedi de son domicile de Moustier, mais une autopsie devra en apporter la confirmation, a précisé le procureur, qui a ouvert une information judiciaire pour «assassinat en récidive».

Une autopsie pour vérifier l'identité de la victime

En raison de l'état du corps, dont des morceaux ont été retrouvés «en deux endroits, assez proche l'un de l'autre», sur les communes de Tombeboeuf et Tourtrès, une autopsie sera toutefois nécessaire pour avoir confirmation de l'identité de la victime, a souligné le magistrat. C'est le suspect, âgé d'une trentaine d'années et placé en garde à vue mardi soir, qui a indiqué ces deux endroits aux gendarmes.

Le suspect ne connaissait pas la victime

Une information judiciaire pour «assassinat en récidive» a été ouverte car le suspect, déféré devant un juge d'instruction d'Agen, a déjà été condamné en 2005 à 8 ans de prison pour homicide involontaire, a-t-il indiqué. Le magistrat a indiqué ne pas être en mesure de donner davantage de précision sur les circonstances dans lesquelles Violet Price aurait été tuée «ni même sur les motivations de celui qui aurait commis les faits». Selon lui, le suspect «n'était pas un familier de la victime, mais ils se connaissaient».

Ils étaient toutefois présents tous les deux à un repas organisé samedi en Dordogne voisine, dans la belle famille du fils de Violet Price, lui aussi installé en Lot-et-Garonne. Le suspect et Violet Price ont quitté ce repas chacun de leur côté en milieu d'après-midi mais, pour des raisons encore indéterminées, il semble qu'ils aient été tous les deux présents au domicile de la retraitée à Moustier un peu plus tard dans la journée.

Violet Price n'avait jamais plus donné signe de vie depuis lors. Son fils, inquiet de l'absence de réponse de sa mère au téléphone, avait donné l'alerte en prévenant les gendarmes, qui avaient déployé un important dispositif de recherches, en vain.