Départementales: La gauche résiste en Aquitaine, sauf dans les Pyrénées-Atlantiques

ELECTIONS Les quatre autres départements de la région restent à gauche. Le FN remporte un canton en Gironde...

Mickaël Bosredon

— 

Jean-Luc Gleyze est pressenti pour succéder à Philippe Madrelle à la tête du conseil général de la Gironde
Jean-Luc Gleyze est pressenti pour succéder à Philippe Madrelle à la tête du conseil général de la Gironde — Jean-Michel Destang

Comme partout en France, l’UMP réalise une percée en Aquitaine. Mais bien moindre qu’ailleurs. Sur cinq départements (Gironde, Landes, Dordogne, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), quatre restent à gauche, et un seul (les Pyrénées-Atlantiques) passe à droite. On observe donc une certaine stabilité dans la région.

En Gironde, sans surprise le département reste à gauche. Et c’est bien Jean-Luc Gleyze, maire de Captieux et candidat, vainqueur, dans le candidat de Sud-Gironde, qui prendra la succession de Philippe Madrelle. Pressentie elle aussi à un moment pour la présidence, la maire d’Eysines Christine Bost, vainqueur dans le canton des Portes du Médoc (55,3%), devrait être sa première vice-présidente.

Le leader de la droite, Yves d’Amecourt, qui était aussi candidat à la présidence en cas de victoire, est lui battu dans son canton du Réolais et des Bastides. Avec 38,16%, il arrive derrière le binôme de gauche (39,46%). Il a tenu à préciser qu’il ne s’agissait «pas de la défaite d’Alain Juppé» mais bien la sienne, et que la politique d’union à droite restait la marche à suivre. Dans son camp, on a dénoncé le «tripatouillage» suite au redécoupage des cantons, pour expliquer cette défaite.

Un canton pour le FN

Mais l’événement de la soirée est sans aucun doute à regarder du côté du Médoc. Dans le canton du Nord-Médoc, le duo FN est arrivé, comme attendu, en tête, avec 50,48%, devant le binôme PS (49,52%). Le FN fera donc son entrée au sein de l’assemblée départementale. Le FN réussit d’ailleurs de gros scores dans plusieurs cantons où il était qualifié dans des triangulaires, comme dans le Libournais-Fronsadais, où il réalise 29,13% et dans L’estuaire (29,87%).