Libourne: Un prof séquestré... pour avoir confisqué un téléphone portable

EDUCATION Une professeur a été enfermée quelques minutes dans sa classe, et une autre insultée, pour confiscation de téléphones. Le corps enseignant du lycée Max-Linder se mobilise pour soutenir les enseignants...

M.B.

— 

Des éléèves s'en sont pris à des professeurs qui avaient confisqué leur téléphone
Des éléèves s'en sont pris à des professeurs qui avaient confisqué leur téléphone — DURAND FLORENCE/SIPA

Touche pas à mon portable. Le corps enseignant s'est mobilisé ce vendredi au lycée Max-Linder de Libourne (Gironde) après que deux professeurs ont été pris à partie jeudi par des élèves à qui ils avaient confisqué leur téléphone dont ils se servaient en classe, rapporte le quotidien Sud-Ouest.

«L'une des professeur s'est faite violemment insulter, l'autre a été enfermée plusieurs minutes dans sa classe par l'élève qui voulait récupérer son téléphone», raconte Elisabeth Rhodas, professeur de cinéma, à Sud-Ouest.

Une soixantaine d'enseignants ont tenu à débattre du sujet avec le proviseur de l'établissement, et une délégation a accompagné l'une des professeur à la gendarmerie pour qu'elle porte plainte. L'autre est en arrêt maladie.

Cette mobilisation semble avoir levé un tabou, puisque d'autres professeurs en ont profité pour confier avoir déjà été victimes d'insultes pour des faits similaires.