Radium dans le sol à Bordeaux: Que dit l'Autorité de sûreté nucléaire?

RADIOACTIVITE Après la découverte de radium au sein du chantier des Bassins à Flot à Bordeaux, l'ASN fait le point pour «20 Minutes» sur ce produit radioactif...

Mickaël Bosredon

— 

Le 18 janvier 2015, quartier des Bassins à Flot à Bordeaux
Le 18 janvier 2015, quartier des Bassins à Flot à Bordeaux — no credit

Chef de la division de Bordeaux de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Paul Bougon fait le point sur la découverte de radium sur le chantier d'une école, dans le quartier des Bassins à Flot à Bordeaux...

Qu'est-ce que ce radium découvert dans le quartier des Bassins à Flot?

Ce que l'on sait déjà, c'est ce que ce radium n'est pas présent à cet endroit à l'état naturel, mais qu'il a été apporté par l'homme. Là où on trouve du radium à l'état naturel, on trouve également ses «pairs», notamment l'uranium, ce qui n'est pas le cas ici. Nous savons que le radium était utilisé dans les premières années du 20ème siècle dans le milieu industriel, artisanal et médical, puis cela a cessé dès lors que l'on a pris conscience de la dangerosité de ce produit. Sur Bordeaux et sa région, c'est la première fois qu'on en trouve, car il était davantage utilisé dans des régions qui ont connu une activité horlogère, comme la Franche-Comté ou l'Ile-de-France, puisque le radium servait entre autres à rendre lumineux les cadrans.

Cette présence de radium représente-t-elle un danger pour les riverains?

Non. Les premières mesures mises en place par la mairie, à savoir recouvrir les terres et instaurer un balisage de la zone, sont suffisantes pour assurer la sécurité des riverains. L'hypothèse que le produit puisse s'échapper n'est pas probable.

A-t-il pu mettre des personnes en danger par le passé?

Il faut que nous menions une étude plus approfondie avant de pouvoir répondre à cette question. Il faut que nous connaissions l'origine précise de cette contamination, savoir si elle a été déplacée au gré des travaux qui ont été menés dans ce secteur... Mais le simple fait de passer sur ces terres n'a pu représenter, a priori, de danger pour l'homme.

Comment traiter cette pollution?

La radioactivité du radium est de 1.600 ans, donc il n'est pas question d'attendre qu'elle ait décru. La mesure la plus efficace est tout simplement de retirer l'ensemble des terres polluées, qui seront traitées par l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Techniquement, il est tout à fait possible de dépolluer un site contaminé au radium, cela s'est déjà fait ailleurs, et rien ne s'oppose par la suite à ce que tout type d'activité ait lieu à cet endroit.