Bordeaux: Un agent du Comité d'établissement d'EADS aurait détourné 750.000 euros des caisses de la restauration

FAITS DIVERS L'employé, licencié aujourd'hui par EADS, utilisait son badge pour obtenir des remboursements sur les caisses du restaurant de l'entreprise...

E.P.

— 

Illustration de restauration collective.
Illustration de restauration collective. — BACHMANN/SIPA

Un salarié du Comité d'établissement (CE) de la société EADS installée à Saint-Médard-en-Jalles, a attiré, fin 2012, l'attention des services de Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin), révèle le quotidien Sud-Ouest. Il disposait de 16 comptes dans six agences bancaires et, entre 2010 et 2012, il y a déposé plus de 17.000 euros en espèces et environ 150.000 euros en chèques.

L'enquête a été confiée par le Parquet de Bordeaux à la division des affaires économiques et financières de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Bordeaux qui découvre, en observant discrètement les agissements de l'agent, que l'étendue du préjudice s'élèverait à 750.000 euros entre 2004 et juin 2013, date à laquelle la direction d'EADS l'a mis à pied, avant de le licencier

Poursuivi pour abus de confiance et blanchiment

L'agent en charge de la restauration s'occupait à la fois du restaurant administratif et de la vinothèque. Les enquêteurs ont découvert qu'il détournait les chèques émis par les salariés pour payer leurs repas et recharger leur badge. Et à la fin des services, il aurait utilisé son badge pour annuler un certain nombre de passages en caisse et toucher les remboursements, prévus automatiquement.

Les sommes détournées auraient permis à l'agent d'acquérir un ensemble immobilier, qui pourrait faire l'objet d'une saisie s'il est reconnu coupable des faits d'abus de confiance et de blanchiment pour lesquels il est poursuivi. Il comparaîtra prochainement devant le tribunal correctionnel, avec sa femme, poursuivie pour complicité.