Départementales: «Le FN réalise ses meilleurs scores là où il manque du service public»

INTERVIEW Directeur de campagne du PS pour les départementales en Gironde, Matthieu Rouveyre dresse le bilan à l’issue du premier tour…

Mickaël Bosredon
— 
Matthieu Rouveyre (PS)
Matthieu Rouveyre (PS) — Jean-Michel Destang

Candidat sur le canton de Bordeaux 1, Matthieu Rouveyre (PS), en binôme avec Clara Azevedo, est arrivé deuxième à l'issue du premier tour (37,88%), derrière le duo Emmanuelle Cuny-Fabien Robert (38,07%). Egalement directeur de campagne du PS, il dresse un premier bilan de ces élections départementales en Gironde.

Quelle première analyse dressez-vous de ce premier tour?

On nous annonçait une débâcle, il n’en a rien été. Et partout où nous avons conclu des accords avec nos partenaires de gauche, ça a bien fonctionné. Mais c’est le deuxième tour qui compte, et d’ici là il faut se mobiliser pour faire reculer l’abstention qui a été forte en Gironde, ce qui ne nous satisfait pas. Ce qui est certain, c’est que le PS a résisté dans le département, et nous avons envie de croire que c’est lié au bilan, plutôt bon, de la majorité sortante.

Vous devez vous réjouir que le leader de la droite, Yves d’Amécourt, arrive derrière le tandem de gauche dans son canton du Réolais et des Bastides?

La vraie question qui se pose, c’est pourquoi il s’est affiché comme futur président du département avant même le premier tour de l’élection! La leçon est qu’il faut aborder les scrutins de manière humble. Et c’est bien pour cela que nous ne sommes pas euphoriques non plus.

Vous n’allez donc pas annoncer votre futur candidat à la présidence tout de suite?

Non, et d’ailleurs le sujet n’a pas été abordé lors de la réunion convoquée ce lundi matin par le maire de Cenon Alain David. Nous n’avons parlé que des négociations d’entre-deux tours.

Le FN réalise une forte poussée, notamment dans les territoires ruraux, comment l’expliquez-vous?

Le FN a réalisé ses meilleurs scores dans les territoires qui manquent de service public. Cela n’a rien à voir avec la présence d’étrangers. Dans le Nord-Médoc [où le FN est arrivé en tête avec 38% et pourrait remporter le canton] c’est le sentiment d’être isolé qui fait voter FN. Nous envisageons de beaucoup travailler cette question-là si nous sommes élus, parce que c’est la solution qui fera reculer le FN.