Bordeaux: Cinq raisons pour lesquelles les Girondins ne doivent pas espérer la descente de Toulouse

FOOTBALL Le derby de la Garonne, qui a lieu samedi soir, pourrait enfoncer un peu plus le TFC vers la Ligue 2…

Marc Nouaux

— 

Les Girondins fêtent un but lors d'un derby de la Garonne joué à Toulouse en Coupe de la ligue le 28 octobre 2014. /LANCELOT_FLAF020/Credit:LANCELOT FREDERIC/SIPA/1410282351
Les Girondins fêtent un but lors d'un derby de la Garonne joué à Toulouse en Coupe de la ligue le 28 octobre 2014. /LANCELOT_FLAF020/Credit:LANCELOT FREDERIC/SIPA/1410282351 — SIPA

D’un côté Bordeaux, sa 6e place, sa victoire contre le PSG, ses huit matchs sans défaite et ses ambitions européennes. D’un autre, Toulouse, ses deux victoires en treize matchs, sa 18e place, son changement d’entraîneur et sa peur de descendre en Ligue 2. Le derby de la Garonne qui aura lieu samedi soir ressemble presque à un choc des extrêmes. On a trouvé cinq raisons pour lesquelles les Girondins ne doivent pas souhaiter malheur à leurs rivaux du Sud-Ouest.

C’est le déplacement le plus court

Pour les supporteurs, il n’y a pas vraiment de rivalité avec le TFC. «Pour qu’il y ait une rivalité, il faut déjà qu’il y ait une rivalité sportive, or, ce n’est pas le cas avec eux, chambre gentiment Laurent Perpigna, l’un des porte-paroles des Ultramarines. Donc non, on n’espère pas que Toulouse descende, pour la simple et bonne raison que c’est notre seul déplacement à moins de 450 kilomètres.» Et la seule possibilité pour Bordeaux d’avoir un «vrai derby» à disputer car le derby de l’Atlantique n’en est pas vraiment un.

Pour prendre trois points

Cette saison, les Girondins ont déjà battu Toulouse trois fois (le match aller en Ligue 1 et dans les deux Coupes nationales). Au bilan des confrontations entre les deux clubs, avantage Bordeaux même si le TFC reste souverain chez lui (en 36 matchs à Toulouse, 13 victoires contre 11 pour Bordeaux). Une supériorité sportive récurrente qui se traduit par les places au classement en fin de saison (depuis le retour de Toulouse en Ligue 1 en 2003, Bordeaux n’a terminé que deux fois derrière). Cette saison, au regard des dynamiques des deux clubs et des trois premiers matchs, les Girondins sont donc ultra-favoris.

Pour chambrer au repas de famille

Lorsque l’on est girondin, on a souvent un cousin ou un oncle qui habite la région toulousaine. Et quand vient le moment de parler foot, l’accent du midi raisonne un peu moins fort car c’est Bordeaux qui domine régulièrement le derby. En cas de descente du TFC, comme il ne faut pas «tirer sur l’ambulance», ce sera moins drôle de chambrer les fans haut-garonnais.

Parce qu’on adore le CM du TFC

Le community manageur de Toulouse est plein d’humour. Sur Twitter, on adore le voir chambrer les différents clubs que le TFC va rencontrer ou bien «brancher» les supporteurs ou certaines personnalités. En Ligue 2, il n’aura sans doute pas la même visibilité, au grand dam des fans de foot français présents sur Twitter.

 

 

 

Claude Peze ne pourra plus se moquer autant d’eux

Tout supporteur bordelais ou toulousain fan des réseaux sociaux connaît Claude Pèze. Derrière ce compte Twitter se cache un habitant de la région toulousaine fan inconditionnel des Girondins. Une de ses spécialités est le «TFC bashing». Toujours prêt à chambrer le club toulousain, Claude Peze prendrait sûrement moins de plaisir à «attaquer» un club de Ligue 2.