Insultes d'Ibrahimovic: Cédric Carrasso défend Zlatan

FOOTBALL Le gardien de Bordeaux est directement impliqué sur l'action qui a fait bouillir de colère Zlatan Ibrahimovic..

M.N.
— 
Zlatan Ibrahimovic en discussion avec Cédric Carrasso, le gardien des Girondins lors du match Bordeaux-PSG joué le 15 mars 2015. /LANCELOT_FLF023/Credit:LANCELOT FREDERIC/SIPA/1503151959
Zlatan Ibrahimovic en discussion avec Cédric Carrasso, le gardien des Girondins lors du match Bordeaux-PSG joué le 15 mars 2015. /LANCELOT_FLF023/Credit:LANCELOT FREDERIC/SIPA/1503151959 — SIPA

Même les adversaires de Zlatan le défendent. Ce lundi, Cédric Carrasso, le gardien des Girondins de Bordeaux, a souhaité réagir à toute la polémique qui est en train d'entourer l'attaquant suédois, coupable de mots violents envers l'arbitrage dimanche, avant d'avoir présenté ses excuses.

Directement impliqué sur l'action qui a fait bouillir de colère Ibra, Carrasso a donné son avis à Sud Ouest.fr ce lundi après-midi.

«Je contrôle le ballon du pied, avec l'intention de le dégager. Je regarde Monsieur Jaffredo [l'arbitre du match], je croise son regard, il a une main en l'air. Pour moi, une main en l'air, c'est un coup de pied indirect. Pour moi, le jeu est arrêté. Je n'ai pas pu entendre, dans le bruit du stade, s'il avait sifflé ou non, je me suis juste fié au visuel. S' il avait levé les deux mains, cela aurait voulu dire qu'il nous laissait l'avantage et j'aurais dès lors dégagé au pied.»

«On ne peut plus s'exprimer»

Agacé par la polémique entourant la star du championnat de France, le gardien bordelais a eu des mots pour son adversaire du week-end, avec qui il s'était pourtant frictionné pendant la partie.

«Je suis triste pour lui, il y a un petit acharnement par rapport à ses propos qui me met en colère, a encore indiqué Carrasso. Je comprends sa frustration. Il sort d'un match, qu'il vient de perdre, il dit des choses… Même s'il n'a pas à dire ça, je trouve dommage qu'il y ait des micros partout. On ne peut plus s'exprimer (...) Ce n'est pas comme s'il était entouré de caméras en conférence de presse.»