Bordeaux: Pour Sagnol, «il faudra être meilleur que Chelsea» pour battre le PSG dimanche

FOOTBALL En conférence de presse ce vendredi, le coach des Girondins a annoncé que Bordeaux jouera crânement sa chance...

20 Minutes avec AFP
L'entraîneur bordelais Willy Sagnol.
L'entraîneur bordelais Willy Sagnol. — Pierre Minier / Ouest Médias / SIPA

«Pour gagner, il faudra être meilleur que Chelsea», a estimé vendredi Willy Sagnol, entraîneur de Bordeaux qui rencontrera dimanche (17h) le Paris SG quatre jours après sa qualification héroïque à Londres. Interview.

Que retenez-vous de la qualification de Paris mercredi à Chelsea?

C'était un match dans la discipline tactique qui était de très haut niveau de la part du PSG. Pour moi, ce n'est pas forcément une surprise car déjà sur le match aller, le PSG avait été largement supérieur à Chelsea. En tant qu'amoureux du foot, sur les deux matches, on peut regretter éventuellement que Chelsea n'ait pas essayé de jouer mais Paris, sur le premier et encore plus sur le second, après l'expulsion, a joué avec beaucoup de sérieux et d'application. On sentait un vrai projet derrière leur façon de jouer. Un technicien comme Laurent Blanc doit se sentir très fier, c'est la récompense du travail effectué. Quand on voit des matches comme ça, ça peut représenter un objectif ici à Bordeaux. On peut s'en servir de levier de motivation pour que les joueurs travaillent encore plus, en prévision d'une Ligue des Champions un jour.

Êtes-vous inquiet à l'idée de croiser ce Paris-là dimanche?

Oui, ça va être compliqué. Le PSG a fait 2-2 à Chelsea et comme je l'ai dit à mes joueurs, on sait ce que l'on a à faire. Pour gagner, c'est très simple, il faut être meilleur que Chelsea. On jouera crânement notre chance. Après, on ne sait pas dans quel état psychologique, dans quel état de fraîcheur sera le PSG. On ne sait pas si l'entraîneur va faire tourner ou faire confiance aux même joueurs qui étaient mercredi à Stamford Bridge. Il y a trop d'incertitudes pour ne se focaliser que sur le PSG. On préfère se focaliser sur nous et notre production potentielle.

Votre milieu et ancien parisien Clément Chantôme disait que face à Paris, «il ne faut pas dénaturer notre jeu.» C'est le mot d'ordre pour dimanche?

En championnat, à Paris, on n'avait pas eu de regrets après le 3-0 parce qu'on n'avait tout simplement pas joué. On a eu des regrets après le match de Coupe (de France) perdu 2-1 car notre production en 2e mi-temps avait été très encourageante et on s'était rendu compte qu'avec un peu plus d'ambitions dans notre jeu dès le début du match, le résultat aurait pu être différent. Là, c'est différent parce que c'est à Bordeaux, on est dans une course aux points, avec un objectif mais que ce soit le PSG ou la semaine prochaine à Toulouse, les matches ont la même valeur comptable.

Retrouvez ici les cinq confrontations Bordeaux-PSG les plus marquantes de l'histoire à Lescure et Chaban-Delmas