Meurtre d'une fillette en Gironde: Ce que l'on sait de l'enquête

FAITS-DIVERS Le point sur l'enquête après le meurtre tôt dans la matinée d'une enfant de 9 ans, à Barsac en Gironde...

Mickaël Bosredon

— 

La route de Barsac où une fillette a été trouvée morte
La route de Barsac où une fillette a été trouvée morte — Jean-Pierre Muller/AFP

Une enfant de 9 ans a été trouvée mortellement blessée tôt ce lundi matin, à Barsac. L'auteure présumée du meurtre, qui semble être sa mère, a été interpellée quelques minutes plus tard alors qu'elle tentait de fuir à travers les vignes. Contacté par 20Minutes, le parquet de Bordeaux a fait un point sur l'enquête en cours ce lundi en fin d'après-midi

Que s'est-il passé? «Une automobiliste a commencé à tirer avec une arme sur des véhicules qui roulaient sur une route traversant la commune de Barsac» indique le parquet de Bordeaux. Selon Sud-Ouest, la femme était tombée en panne d'essence dans la commune. Un homme a réussi à la désarmer, tandis qu'un autre témoin découvrait une fillette de 9 ans touchée d'une balle dans la voiture de l'automobiliste.

Comment est décédée la fillette? «Nous ne sommes pas en mesure de certifier que l'enfant était encore vivante au moment où elle a été trouvée, mais elle est décédée sur place» précise le parquet. Une plaie au thorax, compatible avec l'arme que portait la femme - un fusil - semble être à l'origine de son décès, mais cela reste également à confirmer. Une autopsie doit être pratiquée dans la soirée.

Qui est l'auteure des coups de feu? La suspecte a tenté de s'enfuir à travers les vignes, et a rapidement été interpellée par les gendarmes. «Elle a immédiatement été placée en garde à vue au moment de son interpellation, ce qui est la procédure, rappelle le parquet. Mais cette garde à vue a été rapidement levée, après qu'un médecin a décidé de son placement en hôpital psychiatrique.» Agée de 33 ans, elle était dans un état «d'hystérie pas croyable et tenait des propos plus ou moins compréhensibles» au moment de son interpellation, selon une source proche de l'enquête. «On sait qu'elle circulait dans un véhicule qui ne lui appartenait pas, mais je ne peux pas confirmer qu'elle rejoignait le Lot-et-Garonne, les détails de son itinéraire restent encore à déterminer. Tout comme sa filiation exacte avec la victime. Elle pourait être sa mère mais cela reste à confirmer.»

Que va-t-il se passer ces prochaines heures? Le placement en hôpital de la suspecte n'a pas permis son audition par les enquêteurs. «L'enquête avance moins rapidement que si nous avions pu l'entendre, mais elle avance» précise le parquet. Une expertise psychiatrique sur la suspecte va être pratiquée «dès que possible». Elle doit déterminer si son état est compatible avec la garde à vue. Mais pour l'instant, «beaucoup de questions restent en suspens...»