Bordeaux Métropole: Des poules proposées aux familles comme poubelles sur pattes

ENVIRONNEMENT Dans le cadre de l'appel à projets «0 gaspillage, 0 déchet», lancé par l'ADEME, Bordeaux métropole propose aux communes d'offrir des gallinacées aux familles qui le souhaitent...

Elsa Provenzano

— 

Les poules se nourrissent des restes des repas et peuvent ainsi participer à réduire les déchets produits par une famille.
Les poules se nourrissent des restes des repas et peuvent ainsi participer à réduire les déchets produits par une famille. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Adopter des poules et sortir moins souvent les poubelles, ça vous tente? A partir du 30 mai, qui marque le début de la semaine européenne du développement durable, une opération de distribution de poules pondeuses est lancée par la Métropole Bordelaise. Une idée qui voit le jour dans le cadre de l'appel à projets «0 gaspillage, 0 déchet», lancé par l' agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME).

Seize communes y participent : Saint-Aubin-de-Médoc, Martignas, Le Taillan-Médoc, Eysines, Blanquefort, Ambès, Ambarès, Carbon-Blanc, Lormont, Mérignac, Artigues, Bouliac, Bègles, Villenave d’Ornon, Talence et Le Bouscat. Deux distributions seront organisées, dans le sud et nord de l'agglomération. Au printemps 2014, la polyclinique Bordeaux Rive droite avait offert des poules à ses salariés dans le même objectif de réduction des déchets.

Reduire de 25 kilos les déchets produits par an et par habitant

«On compte 370 kilos de déchets par habitant et par an en moyenne sur la métropole et l'objectif est de descendre de 7 % par habitant et par an d'ici 2016, pour arriver à environ 25 kilos de moins», pointe Pierre Lefort, responsable du service participation citoyenne à la mairie d'Ambarès. Dans cette commune, on distribuera deux poules par foyer à 10 familles. Celles qui sont intéressées devront s'équiper d'un poulailler et disposer d'un espace extérieur d'au moins 8 m2 pour deux gallinacées.

En acceptant d'adopter les poules, les familles s'engagent à peser pendant un mois tous les déchets alimentaires produits dans le foyer et donnés aux poules. Les résultats de ces pesées permettront d'estimer l'ampleur de la réduction des déchets, à l'échelle d'une maison.

«Il est clair que c'est une action coup de poing, qui va avoir un effet communicatif mais ce n'est qu'une goutte d'eau dans la mare», précise Pierre Lefort, pointant les autres efforts de la ville en matière de développement durable. Elle va par exemple distribuer, cette même semaine du mois de mai, 300 composteurs et des kits d'économie d'eau aux habitants.