Bordeaux: Juppé et Lagarde dénoncent «une pagaille» autour des départementales

E.P. avec AFP

— 

Alain Juppé, le 29 janvier 2015.
Alain Juppé, le 29 janvier 2015. — A.UGO/AP/SIPA

Le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé et le président de l'UDI Jean Christophe Lagarde, alliés en Gironde pour les départementales, ont à nouveau mis en garde, jeudi soir à Bazas, contre l'abstention ou le vote FN dans un scrutin «ubuesque» organisé dans un «brouillard voulu» par l'exécutif et le PS.

«On va élire des conseillers départementaux dont ne connait même pas les compétences»

Devant quelques centaines de militants rassemblé dans cette bastide rurale du canton du sud-Gironde, Alain Juppé «a dénoncé le désordre le plus absolu» et «la pagaille la plus totale» régnant autour de cette campagne.

Et d'ajouter que «cette élection, dont on ne peut pas dire qu'elle mobilise les foules», se déroule «dans un contexte ubuesque». «Quelle étrangeté», a-t-il poursuivi, «on va élire des conseillers départementaux dont ne connait même pas les compétences».

Un «brouillard» autour du scrutin

L'ancien Premier ministre a ensuite critiqué le redécoupage des cantons voulu par le gouvernement socialiste, «qui ressemble plutôt à du charcutage» de cantons «dont certains ne correspondent pas à des bassins de vie réelle».

Le centriste Jean-Christophe Lagarde a, comme son allié UMP, appelé les électeurs à se mobiliser pour un scrutin que l'exécutif a «tout fait pour rendre compliqué».

Il a dénoncé à son tour «la manipulation, le saucissonnage et le tripatouillage» visant à créer un «brouillard voulu par le Parti socialiste, le Premier ministre et le chef de l'Etat». «Ils attendent d'abord et avant tout que les Français renoncent à se déplacer pour voter», a-t-il dit.

Le président de l'UDI a conclu en mettant en garde les électeurs contre «deux dangers» : le «renoncement» et «le défouloir» que représenteraient respectivement l'abstention et le vote FN.