Bordeaux: Des Girondins à Caen, la résurrection d’Emiliano Sala

FOOTBALL Même s’il ne jouera pas samedi lors de Caen-Bordeaux en vertu d’un accord entre les deux clubs, zoom sur le joueur prêté par les Girondins…

Marc Nouaux

— 

L'attaquant de Caen prêté par les Girondins de Bordeaux, Emiliano Sala, fête son but au vélodrome lors de OM-Caen joué le vendredi 26 février 2015.
L'attaquant de Caen prêté par les Girondins de Bordeaux, Emiliano Sala, fête son but au vélodrome lors de OM-Caen joué le vendredi 26 février 2015. — AFP

Il a fait le grand saut. En l’espace d’un mois, Emiliano Sala est redevenu ce véritable chasseur de but qu’il était à Niort, en Ligue 2, l’an passé (18 buts). Prêté depuis la fin du mois de janvier à Caen par les Girondins, l’Argentin, auteur d’un petit but sur penalty en onze apparitions (dont quatre titularisations) à Bordeaux, s’est régénéré depuis le début du mois de février. Avec les Normands, il a déjà planté quatre buts en cinq matchs (à Paris, doublé contre Lens et à Marseille).

«C’est bien, c’est pour ça qu’on l’a prêté, se satisfait le président des Girondins, Jean-Louis Triaud. Il joue un peu plus détendu car c’est toujours compliqué de jouer dans son club formateur sans être titulaire. Il a besoin de se situer et se rassurer.»

«Une question de confiance»

Mais comment expliquer cette confiance retrouvée, quelques semaines seulement après un loupé mémorable à Monaco, où le jeune attaquant paraissait en dessous de tout?

«C’est une question de confiance, estime Philippe Fargeon, ancien attaquant des Girondins. Là, il s’est rapidement mis dans le bon sens et ses partenaires lui font confiance en lui délivrant de bons ballons.» Dans un autre registre à Caen, où il est moins sollicité dos au jeu mais plutôt dans l’espace, l’Argentin s’est déjà rendu indispensable.

«Rien à voir avec le fait que Caen soit un petit club»

Cette différence de niveau entre la Gironde et le Calvados pourrait laisser supposer que Sala est un attaquant qui ne peut réussir que dans les petits clubs, là où la pression est moindre. «Cela n’a rien à voir, réfute Fargeon. Un attaquant, s’il est en confiance, il peut marquer dans toutes les divisions et avec toutes les équipes. Envoyez un grand attaquant en PH, s’il n’a pas une bonne passe, il ne marquera pas.»

S’il ne devrait pas être aligné par Caen samedi en vertu d’un accord passé entre les dirigeants des deux clubs, Sala aurait sans doute bien aimé participer à la rencontre. «Dommage pour lui car il aurait voulu être revanchard», sourit le milieu bordelais Nicolas Maurice-Belay.

«Il n’y a rien de surprenant, c’est logique», insiste Jean-Louis Triaud qui apprécie de voir son jeune joueur marquer en Ligue 1 après l’avoir prolongé en début de saison jusqu’en 2017. «On est content pour lui, on savait qu’il aurait le potentiel et c’est très bien qu’il l’exprime en Ligue 1. On voulait être sûr qu’il ait l’opportunité de jouer en Ligue 1, c’est pour ça qu’on l’a prêté à Caen et pas dans un autre club de Ligue 2, par exemple.» Voici un pari qui est en passe d’être réussi.