Aquitaine : Le boulanger qui veut ouvrir sept jours sur sept a rencontré Sarkozy

POLITIQUE Le boulanger de Saint-Paul-Lès-Dax, a été reçu par le président de l'UMP à Paris, ce lundi...

E.P.

— 

Le boulanger des Landes a reçu de nombreux soutiens
Le boulanger des Landes a reçu de nombreux soutiens — Joel Saget AFP

Le boulanger de Saint-Paul-lès-Dax, Stéphane Cazenave, a rencontré Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, lundi en fin d'après-midi, au siège du parti à Paris, rapporte le journal Sud-Ouest. L'ancien président de la République soutient l'entrepreneur qui se bat contre un arrêté préfectoral qui l'empêche d'ouvrir sept jours sur sept.

«Pour comprendre sa situation qui semble ubuesque»

Il a déjà reçu de nombreux soutiens comme celui de François Fillon, de François Bayrou et de Nathalie Kosciusko-Morizet, à l'initiative d'une pétition pour défendre le boulanger, lancée mi-février. «Parfois nous sommes au pays d'Ubu, et l'exemple de ce boulanger en est une belle illustration», avait aussi déclaré sur RTL, Manuel Valls.«Nicolas Sarkozy a souhaité rencontrer cet artisan afin de comprendre sa situation qui semble ubuesque», a expliqué le parti d'opposition.

«Il ne comprend pas pourquoi on se donne tant de mal pour l'empêcher de travailler , déclare Nicolas Sarkozy. Est-ce qu'on n'a pas d'autres choses à faire dans ce pays que s'acharner sur quelqu'un qui veut travailler ? C'est très curieux.»

Une mesure de protection pour les petits artisans

L' arrêté préfectoral en cause date de 1999 et stipule que la vente de pain doit s'arrêter un jour par semaine, sauf en période estivale. La confédération des boulangers tient à ce jour de fermeture hebdomadaire car il protège les petits artisans qui, eux, n'ont pas la possibilité d'embaucher pour rester ouvert sept jours sur sept. Selon Stéphane Cazenave, la journée de fermeture obligatoire représente une perte de 250 000 euros par an pour son commerce.

Stéphane Cazenave se disait, dès la médiatisation de son affaire, «conscient que [son] cas pouvait être récupéré politiquement».