Bernard Cazeneuve à Bordeaux: «Des mesures de protection pour les mosquées en France»

RELIGION Le ministre de l'Intérieur a visité trois mosquées à Bordeaux mercredi. S'il a insisté sur le rôle fondamental de l'école, il a aussi annoncé des mesures de répression contre les messages de haine et des équipements de sécurité...

Mickaël Bosredon
— 
Bernard Cazeneuve avec Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, le 25 février 2015 à Cenon
Bernard Cazeneuve avec Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, le 25 février 2015 à Cenon — M.BOSREDON

En visite à Bordeaux mercredi après-midi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a visité trois mosquées, et rencontré le recteur de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou. Un déplacement qui faisait suite à ses annonces dans la matinée, suite au conseil des ministres, concernant le «renforcement du dialogue entre les pouvoirs publics et l’islam de France.»

A la mosquée de Cenon, dans la banlieue de Bordeaux, Bernard Cazeneuve est revenu sur «l’inquiétude qui saisit nombre de nos compatriotes musulmans.» Une inquiétude qui «résulte d’abord de la multiplication des violences commises contre les musulmans et leurs lieux de culte: le nombre de ces actes a atteint, au cours du seul mois de janvier, le seuil observé pour l’ensemble de l’année 2014. Des mesures seront très prochainement annoncées, qui concerneront la mobilisation de ressources conjointes de tous les services de l’Etat et de la société civile, le renforcement de la répression, la lutte contre les messages de haine sur Internet et les réseaux sociaux, et enfin l’éducation.» L’école a «un rôle fondamental pour lutter contre les préjugés nés de l’ignorance» estime le ministre: «Personne en France ne naît raciste, antisémite ou anti-musulman. Le renforcement de l’enseignement du fait religieux à l’école s’inscrira dans cette politique.»

«Des moyens pour financer des équipements de sécurité»

Bernard Cazeneuve a par ailleurs annoncé que «plus d’un millier de mosquées et de lieux de prière font actuellement l’objet de mesures de protection renforcées et des moyens sont prévus dès 2015 pour financer des équipements de sécurité comme la vidéo-protection.»

Le ministre de l’Intérieur est aussi revenu sur les «jeunes Français musulmans séduits par la propagande de Daesh sur Internet. Plus de 70 Français ont déjà perdu la vie en Syrie et en Irak, et environ 1.400 sont partis ou songent à le faire. Je connais l’angoisse de leurs familles. C’est pourquoi le gouvernement a fait voter une loi pour lutter plus efficacement contre la propagande terroriste sur Internet.» En Gironde, une jihadiste présumée de 17 ans a ainsi été privée de son passeport.

Formation des imams

Le ministre a longuement insisté sur la nécessité de «traiter la formation des imams» pour qu’ils «disposent de connaissances précises concernant nos institutions, les règles de la laïcité, le fait religieux dans notre pays, notre droit.» Une nécessité partagée par le recteur de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou, imam connu pour ses prises de position en faveur d'un islam libéral.

«C’est à la communauté et aux musulmans eux-mêmes de travailler, d’interpréter l’islam, pour lui donner une forme audible, a-t-il dit. C’est un travail fondamental qui incombe à nos prédicateurs, nos imams. A nous de faire ce travail, qui est plus important que celle de la représentativité. C’est à l’islam de s’adapter à son environnement, il faut convertir la religion pour créer de la paix dans le monde. Mais il faut d’abord que les musulmans soient apaisés», même si «le contexte est très tendu.»