Bordeaux: Le Plana va accueillir les premiers «cafés historiques» de la ville

CULTURE Plusieurs pointures seront chargées d’animer des conférences sur l’histoire dans une ambiance conviviale…

Mickaël Bosredon
— 
Stéphane Barry (à gauche) et Jean-Luc Bobet, au comptoir du Plana
Stéphane Barry (à gauche) et Jean-Luc Bobet, au comptoir du Plana — M.BOSREDON

On connaissait les cafés philo, les cafés littéraires, les cafés poétiques… Bordeaux n’avait pas encore de café historique. Une lacune comblée par Stéphane Barry, historien local, qui s’est associé avec Jean-Luc Bobet, patron du Plana, pour organiser des rencontres sur de grands thèmes de l’histoire, dans cette brasserie… historique de la place de la Victoire.

L’organisation de débats sur l’histoire, c’est le dada de Stéphane Barry, lui qui a choisi de ne pas s’engager dans l’enseignement après sa thèse sur La peste en Bordelais et moyenne Garonne. «J’ai été rédac chef d’une revue, j’ai organisé des colloques, puis je suis devenu délégué Aquitaine de la société française d’Histoire napoléonienne.» Il crée également un département histoire (Memoring) au sein de l’agence de com’ de sa femme, Citron Pressé. Et en quelques années, il se fait un réseau lui permettant de mettre à disposition du grand public des pointures de la discipline.

Le Plana est aussi un monument historique de Bordeaux

«Ce sera le fil rouge des cafés historiques, explique Stéphane Barry, pour chaque conférence il y aura un expert, comme Thierry Lentz, un des plus grands historiens de l’histoire napoléonienne, qui viendra nous parler de la bataille de Waterloo.» Les thématiques abordées seront très larges, puisqu’il est prévu une conférence sur Ebola, ou encore une autre sur les scènes de sexe dans l’église romane (Obscena). Gratuits, ces rendez-vous seront ouverts à tous.

Le choix du Plana Café pour accueillir ces conférences ne s’est pas fait au hasard. «Le Plana est une des brasseries historiques de la ville» insiste Stéphane Barry. Créée en 1927 par les parents de Georgette Plana, célèbre chanteuse de boulevard des années 1950, Le Plana était le rendez-vous incontournable des étudiants jusque dans les années 1990. «Le jeudi soir, il y avait 200 ou 300 personnes devant l’établissement, raconte le patron des lieux, Jean-Luc Bobet, qui l’a repris en 1989. Cela nous a même valu un reportage dans Envoyé Spécial en 1991.» Jean-Luc Bobet est lui-même un féru d’histoire. «Avec lui, on peut passer des soirées entières à parler des rois de France, particulièrement des Capétiens» souligne en rigolant Stéphane Barry.

Le premier rendez-vous des cafés historiques est programmé le 12 mars à 18h, avec la conférence «Obscena dans l’art roman» animée par Didier Coquillas (archéologue, docteur en histoire antique et médiévale). Programme complet sur la page Facebook, et le site Internet (en cours de construction).