Mérignac: Le carnet de commandes de l’usine Dassault devrait se remplir

AVIATION L’annonce ce jeudi de la vente de 24 Rafale à l’Egypte est une bonne nouvelle pour les 1.300 salariés de l’usine d’assemblage…

Mickaël Bosredon

— 

Assemblage de Rafale à l'usine Dassault de Mérignac
Assemblage de Rafale à l'usine Dassault de Mérignac — S.POUZET/SIPA

Le carnet de commandes de l’usine Dassault de Mérignac devrait être rempli pour plusieurs années. L’annonce ce jeudi, d’une source française, de la vente de 24 avions de chasse Rafale à l’Egypte pour un montant de cinq milliards d'euros représente une excellente nouvelle pour les 1.300 salariés du site situé dans la banlieue bordelaise. C’est en effet ici que le Rafale est assemblé.

Jusqu’ici onze Rafale par an sortaient de l’usine, uniquement pour l’armée française. L'armée française en a commandé 180 exemplaires, dont 137 ont été livrés à ce jour. Elle doit prendre livraison de 26 appareils supplémentaires aux termes de la loi de programmation militaire (LPM) couvrant la période 2014-2019.

Mais pour maintenir la cadence, Dassault devait absolument réaliser une vente à l'étranger. Le Rafale de Dassault Aviation réaliserait avec ce contrat sa première vente à l'export depuis son lancement en 1989.

La CGT reste prudente

Contacté par 20Minutes, le syndicat CGT de l’usine Dassault de Mérignac restait toutefois très prudent: «Nous ne ferons aucune déclaration tant que ce n’est pas signé côté égyptien, et tant que nous n’aurons pas eu un discours officiel. On s’est déjà fait avoir par le passé avec le Maroc…»

Outre Dassault, d'autres groupes français sont associés à la production de l'appareil, comme l'électronicien de défense Thales et le motoriste aéronautique Safran. Au total, 500 entreprises françaises sont associées à la production du Rafale, selon Dassault, ce qui représente au total 7.000 emplois directs et indirects en France.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, avait par ailleurs annoncé en 2014 l'ouverture en 2016 d'un nouveau site de maintenance d'avions d'affaires Falcon sur l'aéroport de Mérignac, avec une centaine d’emplois à la clé.