Bordeaux: Uber prépare sa riposte après l'arrêté préfectoral

TRANSPORTS La compagnie qui propose du transport entre particuliers via son application UberPOP pourrait engager des recours...

Mickaël Bosredon
— 
Manifestation de taxis contre Uber Pop, le 10 février 2015 à Bordeaux
Manifestation de taxis contre Uber Pop, le 10 février 2015 à Bordeaux — M.BOSREDON

La société Uber vient d'annoncer qu'elle prenait acte de l'arrêté signé par le préfet de Bordeaux le 10 février. Celui-ci déclare illégale et interdite l'activité d'UberPOP sur le territoire de la Gironde. Il intervenait à la suite d'une mobilisation monstre des taxis de la région, mais aussi de Nantes et de Toulouse, contre Uber. Les taxis estiment en effet qu'il s'agit d'une concurrence déloyale, les chauffeurs d'Uber, des particuliers, «ne payant aucune cotisation sociale.»

«Uber va cependant prendre l'attache de ses conseillers pour étudier les recours éventuels contre cette décision» déclare la société dans un communiqué. Elle «reste déterminée à promouvoir des alternatives innovantes, abordables et sûres pour répondre aux besoins de mobilité urbaine, à Bordeaux comme partout en France.»

Selon Le Monde, des interpellations de chauffeurs d'Uber ont eu lieu il y a quelques jours en région parisienne. A Bordeaux, la préfecture indique que les contrôles seront renforcés. Et des interpellations pourraient avoir lieu s'il est constaté que des particuliers continuent à effectuer des courses au nom d'Uber.