Boxers de Bordeaux: «L’enjeu fait monter l’adrénaline», estime Martin Lacroix

HOCKEY SUR GLACE En course pour les play-offs, les Boxers défient ce soir Mulhouse (20h, à Colmar) en championnat, dans un contexte électrique...

Laurent Brun

— 

Illustration d'une crosse de hockey sur glace.
Illustration d'une crosse de hockey sur glace. — AFP PHOTO / Filippo MONTEFORTE

Les Boxers ont la dent dure. Avec trois défaites au compteur seulement, et une victoire à Courbevoie (2-0) le week-end dernier, les Bordelais (2e, 30 points) envisagent la suite de la saison avec optimisme.

Mais sans fanfaronner, car  ils savent qu’ils seront attendus ce soir par Mulhouse (6e, 21 points), à Colmar ; la patinoire de l’Illberg étant en rénovation actuellement. Pourquoi? Parce que si les ambitions respectives paraissent différentes (accession à la Ligue Magnus pour les Girondins et lutte de milieu de tableau pour les Alsaciens), aucun des deux camps n’est frappé d’amnésie.

Explications. Au cours de la saison passée, les Aquitains avaient connu chaude réception dans l’Est de la France. La faute à des comportements chambreurs sur la glace, de part et d’autre, et à des transferts de joueurs d’un club à l’autre, notamment, quelques années plus tôt. Soit tous les ingrédients pour que ces retrouvailles soient placées sous le signe de la tension. Et des insultes, comme d’habitude, serait-on presque tenté de dire!

Guéguerre entre grands costauds

Car personne n’a semble-t-il oublié que les deux formations, en plus de la saison régulière, s’étaient retrouvées en play-offs. Avec tout ce que cela comporte en termes de jeu (qualification pour les Boxers), de provocations, et de publications extra-sportives, dont le net sait parfois se faire immédiatement l’écho… Bref, une guéguerre entre grands costauds au cœur tendre, qui réjouit souvent les publics, mais moins les protagonistes. Parce qu’il va falloir aller au charbon pour s’imposer, et piquer au vif des Scorpions revanchards.

L’enjeu est là: prendre des points pour revenir à une unité d’Anglet, leader du classement. Il n’est pas mince. La course à l’accession est loin d’être terminée, sachant que la Ligue Magnus [premier échelon national] était déjà l’objectif la saison passée. Déchus au finish, les Bordelais avaient laissé Lyon valider le titre de transport pour l’étape supérieure.

Mulhouse c'est une grosse équipe

C’était en toute fin d’exercice, en finale. Il est donc interdit de chuter de nouveau au pied de l’escalier. Normal. Mais l’adversaire inspire la prudence. «Mulhouse n’est pas à sa place et on le sait très bien, indique via le site officiel du club Martin Lacroix, l’entraîneur aquitain. En ce moment, on parle un peu moins d’eux car ils ont connu quelques faux-pas, et se sont éloignés dans le classement mais, à mon sens, ils font toujours partie des équipes pouvant prétendre accéder à la Ligue Magnus, prévient-il. Ils ne termineront peut-être pas dans les quatre premiers, mais pour ceux qui pourraient les affronter au premier tour des play-offs, c’est loin d’être gagné… C’est une grosse équipe !»

Mais malgré le contexte annoncé, le coach québécois reste confiant: «Ça risque fort d’être du beau hockey!» Un rendez-vous à la saveur particulière, donc, mais au parfum de grand match. «Ce sont presque tous des tests-matches, et c’est ce qui est intéressant aussi, ajoute le technicien. Les garçons n’attendent que ça, en ce moment, et l’enjeu des premières positions au classement fait monter l’adrénaline ; on sait que c’est ce que les joueurs de hockey recherchent.» Nul doute que ce soir, les Boxers seront servis.