Procès Bettencourt: Banier «ulcéré» d'être le bénéficiaire du testament de la milliardaire

JUSTICE Le photographe François-Marie Banier a été interrogé mardi sur son implication dans différents actes juridiques, dont la rédaction d'un testament authentique...

E.P. avec AFP

— 

Banier et son avaocat Laurent Merlet au tribunal correctionnel de Bordeaux, le 2 février 2015
Banier et son avaocat Laurent Merlet au tribunal correctionnel de Bordeaux, le 2 février 2015 — Medhi Fedouach AFP

Après l'examen des multiples donations et cadeaux faits à François-Marie Banier, par la milliardaire Liliane Bettencourt lundi, le tribunal correctionnel de Bordeaux s'est intéressé, ce mardi, à son rôle dans plusieurs dispositions juridiques prises par l'héritière de l'Oréal.

Un des amis de Banier comme tuteur

Un mandat de protection future (en cas de perte de faculté) a été signé le 2 mai 2007 par Liliane Bettencourt. «C'était pour lui permettre de consolider ses décisions au cas où elle serait un jour dans des difficultés personnelles et où elle aurait besoin d'être protégée», explique le photographe à la barre. C'est un médecin, ami de François-Marie Banier, qui est désigné pour ce mandat de protection. Le prévenu répète à plusieurs reprises que la vieille dame souhaitait échapper à la mise sous tutelle de sa fille.

«Je n'y avais aucun intérêt!», martèle François-Marie Banier, souvent en difficultés mardi matin. Comme lorsque le président du tribunal Denis Roucou lui fait remarquer que c'est pourtant lui qui contacte un avocat pour s'informer des détails de cette disposition législative nouvelle, que c'est lui qui organise un rendez-vous avec la milliardaire pour la signature et que c'est encore lui qui suggère le nom du professeur Gilles Brücker, un des amis d'enfance du photographe, comme tuteur.«Je lui ai suggéré pour son honnêteté», assure le prévenu.

Légataire universel de la première fortune de France

Le 11 décembre 2007, il est désigné comme légataire universel de la première fortune de France (évaluée à environ 30 milliards d'euros). Le 19 décembre 2007, Françoise Bettencourt-Meyers, fille unique de Liliane Bettencourt, dépose plainte pour abus de faiblesse visant François-Marie Banier.

«Quand elle m'a dit qu'elle m'avait fait son légataire universel, j'étais ulcéré. Je n'étais pas là pour devenir le punching-ball» dans cette famille, s'énerve François-Marie Banier, démentant être à l'origine du document. «J'ai toujours dit que je trouvais (ça) ridicule, absurde, inutile». Selon le testament, en cas de décès de l'artiste, Martin d'Orgeval, son compagnon, également prévenu dans ce dossier, devenait à son tour légataire universel.

«Lors de la signature du testament, ma conviction est que c'était un acte de violence pure (de Liliane) vis-à-vis de sa famille», abonde Maître Jean-Michel Normand, à l'époque notaire de la vieille dame, également sur le banc des prévenus pour «complicité d'abus de faiblesse».

Le testament a finalement été révoqué en 2010.