Bordeaux: Pourquoi le projet de cinéma aux Bassins à Flot est contesté

EQUIPEMENTS La ville d'Eysines, comme celle de Blanquefort, a déposé un recours contre ce projet. La maire Christine Bost détaille ses arguments

Mickaël Bosredon

— 

La vice-présidente de la Communauté urbaine de Bordeaux, et maire d'Eysines, Christine Bost
La vice-présidente de la Communauté urbaine de Bordeaux, et maire d'Eysines, Christine Bost — S.ORTOLA/20MINUTES

Le projet de complexe cinématographique dans le futur quartier des Bassins à Flot se retrouve attaqué de toutes parts. Deux communes, Eysines et Blanquefort, ainsi que plusieurs cinémas, contestent en effet ce projet, et seront entendus ce jeudi à Paris, par la commission nationale d'aménagement commercial, qui doit valider ou pas le projet. Celui-ci, porté par UGC, est censé voir le jour courant 2017.

Jointe ce jeudi par 20Minutes, Christine Bost, maire PS d'Eysines, explique les raisons pour lesquelles elle a déposé un recours contre cet équipement. «Le département de la Gironde est l'un des mieux dotés en France, en nombre de sièges de cinéma par habitant. Cette situation ne serait pas problématique si les Girondins étaient de grands consommateurs. Ce n'est pas le cas, puisque le premier cinéma du département, l'UGC de Bordeaux, pointe seulement à la 38e place au niveau national, et en nombre de places vendues, Bordeaux se situe derrière Angers!»

«Une politique culturelle en danger»

L'élue craint que ce nouveau projet, ajouté à celui de Sainte-Eulalie, ne condamne plusieurs cinémas de proximité, sur son territoire ainsi qu'à Blanquefort. «Nous sommes à deux pas des Bassins à Flot. C'est toute une politique culturelle qui est en danger, car le nombre de copies pour chaque sortie de films est limité, et nos cinémas risquent d'en pâtir. Grâce à une politique tarifaire que nous soutenons, notre équipement local a réussi à attirer 10.700 spectateurs en 2014, un chiffre en hausse de 20%.» Christine Bost craint qu'il soit compliqué de maintenir cette dynamique face à l'arrivée d'un nouveau mastodonte.

L'élue sera entendue par la commission ce jeudi à Paris.