Procès Bettencourt : Elle m'a dit «Plutôt mourir que d'être sous tutelle de ma fille», raconte Patrice de Maistre

JUSTICE Patrice de Maistre, ex-gestionnaire de la fortune des Bettencourt, a évoqué une relation tendue entre Liliane Bettencourt et sa fille, ce jeudi...

Elsa Provenzano
— 
Liliane Bettencourt Schueller et sa fille Françoise Bettencourt Meyers.
Liliane Bettencourt Schueller et sa fille Françoise Bettencourt Meyers. — Francois Guillot AFP

«Liliane Bettencourt a perdu son mari, avec qui elle avait était très complice, et huit ou quinze jours après, il y a eu le dépôt de plainte de sa fille, cela a été un coup de poignard qui l'a dévastée», raconte à la barre Patrice de Maistre, ex-gestionnaire de la fortune de la milliardaire, entendu jeudi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il fait partie des prévenus qui comparaissent pour abus de faiblesse au préjudice de l'héritière de l'Oréal, depuis lundi. Liliane Bettencourt lui a donné la somme de 5 millions d'euros.

«Pour elle, c'était une agression»

«J'ai donné ma fortune à ma fille, ma maison à Neuilly et j'estime pouvoir disposer du reste. Comment peut-elle se permettre cela [déposer plainte]?», aurait dit Liliane Bettencourt, selon les propos rapportés par Patrice de Maistre devant le tribunal. «C'était la patronne, la souveraine de sa maison, si je puis dire, et elle ne pouvait pas l'accepter. Pour elle, c'était une agression», ajoute-t-il. C'est selon lui à partir du dépôt de plainte que les relations mère fille passent de «difficiles» à «conflictuelles». Liliane Bettencourt aurait répété à plusieurs reprises, toujours selon Patrice De Maistre: «plutôt mourir que d'être sous la tutelle de sa fille» et dit qu'elle ne voulait pas non plus que sa fille désigne un tuteur.

«Une procédure contre son protégé, c'était une procédure contre elle»

L'ex-gestionnaire de fortune de la milliardaire a expliqué qu'il avait participé à l'effort tenté pour les rapprocher, et ce pendant 8 à 9 mois courant 2008. «Je n'avais aucun intérêt, que des inconvénients, à cette déchirure familiale», se défend-il.

Des extraits des enregistrements recueillis par le majordome de la milliardaire ont été cités par les avocats des parties civiles, dans l'objectif de montrer que Patrice de Maistre avait attisé le conflit entre la mère et la fille. On l'entend notamment dire: «Si vous gagnez, si vous gagnez...» Le président du tribunal, Denis Roucou, l'interroge sur la raison qui le pousse à dire ça, alors que c'est François-Marie Banier qui est en cause principalement et non Liliane Bettencourt. «Elle a considéré qu'une procédure contre Banier, son protégé, c'était une procédure contre elle», répond Patrice de Maistre.