Bordeaux: Les grandes enseignes cherchent de plus en plus à s’y implanter

COMMERCES Une étude de CBRE Group montre que la ville offre davantage d'opportunités aux marques internationales que d'autres métropoles…

Mickaël Bosredon

— 

La rue Sainte-Catherine, à Bordeaux
La rue Sainte-Catherine, à Bordeaux — S.ORTOLA/20MINUTES

Mise régulièrement en avant pour son dynamisme et sa qualité de vie, Bordeaux fait désormais partie des villes sur lesquelles plusieurs enseignes, notamment internationales, cherchent à se positionner dans le cadre de leur développement français. C’est ce que révèle une étude, ce lundi, de CBRE Group, plus grande société de services immobiliers au monde, et qui compte quelque 350 bureaux internationaux.

«La France est globalement très attractive pour ces enseignes, explique Grégoire Haizet, spécialiste de la partie investissements chez CBRE. Elles visent en priorité Paris, puis les grandes métropoles: Bordeaux, Lille, Toulouse, Marseille Strasbourg et Lyon. Mais Bordeaux a cet avantage par rapport aux autres qu’elle offre davantage d’axes de développement au sein de son centre-ville, et qu’elle attire une clientèle haut de gamme permettant à des marques de luxe de s’y implanter.»

Burger King toujours intéressé

Selon CBRE, les enseignes scrutent particulièrement les axes «prime» de la cité bordelaise, comme le haut de la rue Sainte-Catherine où a ouvert une boutique Fize (JD Sports), ainsi que la rue de la Porte Dijeaux et le Cours de l’Intendance.

L’enseigne Burger King aurait toujours en projet de s’y implanter en 2015. «Mais les opportunités y sont rares» souligne l’étude. Les valeurs locatives dans ce secteur «se maintiennent toujours à des niveaux très élevés pouvant atteindre 2.300 €/m²/an.»

Toujours pas de repreneur pour l’ancien Virgin

Malgré la rareté de l’offre, CBRE souligne «la vente d’un immeuble Cours de l’Intendance par la Maison du Tourisme» qui sera l’occasion de «redévelopper le rez-de-chaussée en commerce.» Elle note en revanche que l’ancien Virgin (place Gambetta) n’a, à l’heure actuelle, pas encore trouvé preneur, «ce qui confirme que les enseignes sont frileuses à s’implanter sur des emplacements n°1 bis.»

Par «n°1bis», CBRE entend les locaux situés «un peu en dehors du périmètre Sainte-Catherine-Porte Dijeaux-Cours de l’Intendance.» «De plus, la surface de l’ancien Virgin est tout de même assez conséquente, et a subi la concurrence du projet de Redevco sur la Promenade Sainte-Catherine.»

Le projet commercial de la Promenade Ste Catherine attire en effet de plus en plus d’enseignes, comme Hollister et Superdry. Ce dernier y ouvrira son plus grand point de vente français sur 1.000 m². Ce lundi, les arrivées de New Look, El Ganso et Buffalo Burger au sein de ce projet qui doit ouvrir fin 2015 ont été annoncées.

Un centre-ville qui va s’étendre d’Euratlantique aux Bassins à Flot

Mais il n’y a pas que le centre-ville. CBRE met en avant «le grand réaménagement du quartier et des abords de la gare Saint-Jean (projet Euratlantique) qui redonnera une dynamique de territoire dans lequel s’insérera une dimension commerciale. Autour des anciens bâtiments industriels, le quartier des bassins à flots est également en pleine restructuration. Il sera tourné vers le commerce, le loisir et la culture avec comme élément fédérateur, la Cité de la Civilisation et du Vin.»

Le centre de Bordeaux est effectivement amené à s’étendre de plus en plus. «C’est l’autre particularité de Bordeaux, souligne Grégoire Haizet: les projets urbanistiques sur la commune offrent des possibilités au fur et à mesure qu’elle se développe.»