Sud-Ouest: L'aéronautique et le spatial continuent de tirer l'économie régionale vers le haut

ETUDE Malgré un recul de l'activité en 2013, le secteur continue de peser plus de dix milliards d'euros de chiffre d'affaires en Aquitaine et Midi-Pyrénées...

Mickaël Bosredon
— 
L'équipementier aéronautique Safran a relevé vendredi ses perspectives pour 2013, confiant dans l'évolution du secteur aéronautique après une forte progression de ses résultats au premier semestre.
L'équipementier aéronautique Safran a relevé vendredi ses perspectives pour 2013, confiant dans l'évolution du secteur aéronautique après une forte progression de ses résultats au premier semestre. — Eric Feferberg AFP

L'Insee et le pôle de compétitivité Aerospace Valley ont présenté ce mardi une étude sur l'activité de la filière aéronautique et spatiale dans le grand Sud-Ouest pour  2013 et 2014.

«La croissance du trafic international de passagers aériens et le renouvellement de la flotte des avions continuent de doper les commandes des compagnies aériennes» note l'Insee. Ainsi, «2013 a été une bonne année commerciale pour Airbus et les constructeurs d’avions régionaux et d’affaires (Dassault, ATR, Daher-Socata) implantés dans le Grand Sud-Ouest. L’ensemble de la chaîne d’approvisionnement (toutes les entreprises de la filière hormis les donneurs d’ordre) tire profit de cette croissance: en 2013, le chiffre d’affaires lié aux commandes de constructeurs aéronautiques croît encore de 7% dans le Grand Sud-Ouest, et atteint 10,7 milliards d’euros. Les trois-quarts de cette activité sont réalisés en Midi-Pyrénées.»

123.800 salariés en Aquitaine et Midi-Pyrénées

«Quelque 1.015 entreprises sont liées à l’aéronautique dans le grand Sud-Ouest, dont 650 en Midi-Pyrénées, ajoute Bertrand Ballet, chef de division conjoncture à l’Insee Midi-Pyrénées. Cela représente 123.800 salariés, soit près de 10% des salariés du privé dans les deux régions, dont 14% en Midi-Pyrénées et 5% en Aquitaine.»

L’emploi salarié a progressé de 3,5% dans l’ensemble de la filière aéronautique et spatiale du grand Sud-Ouest en 2013, soit 4.200 emplois salariés supplémentaires. Près de 3.000 emplois ont été créés dans la chaîne d’approvisionnement. Midi-Pyrénées est ainsi, avec la Corse, la seule région où l’emploi industriel progresse en 2013.

Activité en recul, mais soutenue

«Après des hausses de chiffre d’affaires de 12% en 2012 et 13% en 2011, il y a une forte probabilité que l’on ne connaisse plus de croissance à deux chiffres dans la filière, note Jean-Philippe Grouthier, directeur régional de l’Insee en Midi-Pyrénées. Mais avec une hausse de 7% en 2013, on ne peut pas dire que la chaîne d’approvisionnement se porte mal, loin de là. Les années 2013-2014 montrent un dynamisme dans la filière aéronautique et spatiale, qui tire l’économie régionale vers le haut.»

«Pour la fin de l’année 2014, les chefs d’entreprises se montraient assez confiants lors de notre enquête réalisée entre avril et juillet 2014, explique de son côté Véronique Decret, chargée d’études au sein de l’Insee Aquitaine. Mais si la croissance reste soutenue dans le domaine industriel, la partie tertiaire et notamment les services spécialisés (ingénierie, informatique…) de l’aéronautique connaissent un fléchissement de l’activité.»

Difficultés de recrutement

Les entreprises prévoyaient de réaliser encore 3.600 embauches en 2014, «mais les difficultés de recrutement persistent, note l’Insee, notamment pour les non-cadres dans l’industrie et les cadres dans l’industrie spécialisée.» Agnès Paillard, présidente du pôle de compétitivité Aerospace Valley, confirme: «Les difficultés de recrutement ont commencé au pic de l’activité, en 2012-2013, notamment pour les entreprises situées en dehors des grandes villes. La situation s’est cependant améliorée depuis 2012. Aujourd’hui, elles nous font surtout remonter des difficultés à garder leurs salariés, surtout les jeunes.»

Pour l’année 2015, Agnès Paillard se veut rassurante. «Le secteur de l’aéronautique va poursuivre son activité à un niveau soutenu. Ce sera peut-être plus difficile pour le spatial. Mais au final, on peut dire que tout le monde nous envie…»