Bordeaux: «Chacun doit penser à ce qu’ont dit l’entraîneur et les dirigeants», estime Plasil

FOOTBALL Le milieu tchèque des Girondins évoque la mauvaise passe traversée par son équipe…

Propos recueillis par Marc Nouaux
— 
Bordeaux's midfielder Jaroslav Plasil of Czech Republic, left, in action with Marseille's French midfielder Mario Lemina, during their League One soccer match, at the Velodrome Stadium, in Marseille, southern France, Sunday, Nov. 23, 2014. (AP Photo/Claude Paris)/MAR105/396123467846/1411232219
Bordeaux's midfielder Jaroslav Plasil of Czech Republic, left, in action with Marseille's French midfielder Mario Lemina, during their League One soccer match, at the Velodrome Stadium, in Marseille, southern France, Sunday, Nov. 23, 2014. (AP Photo/Claude Paris)/MAR105/396123467846/1411232219 — Claude Paris/AP/SIPA

Jaroslav Plasil, un des anciens du vestiaire des Girondins [Il dispute sa sixième saison à Bordeaux], était en conférence de presse avant le déplacement à Paris, en 16es de finale de la Coupe de France. Venu devant les médias juste après une séance d’entraînement où les joueurs n’ont pas touché le ballon, il a évoqué la mauvaise période traversée par son équipe.

Ce genre d’entraînement, c’est pour remettre tout le monde en place?

Oui, les dirigeants et l’entraîneur ne sont pas contents de nos prestations, nous non plus, il faut essayer de casser un peu ça.

Comment casser cette mauvaise dynamique?

Comme ça [il parle de l’entraînement du jour] non? [Sourires] Ça portera ses fruits. C’est nous sur le terrain, à nous de faire ce qu’il faut, on n’a pas su le faire ces derniers matchs, c’est bien d’avoir un match aussi important que Paris devant nous.

On a l’impression qu’à Bordeaux depuis quelques saisons, c’est un peu toujours la même chose…

[Sourires] Ouais, c’est un peu toujours la même chose… On a eu plusieurs entraîneurs, mais peut-être que ce n’est pas les entraîneurs, peut-être que c’est les joueurs… Maintenant, chacun doit faire son autocritique et se remettre en question.

Les joueurs font moins d'efforts, il y a un problème physique?

Moi je ne crois pas, c’est plutôt mental. C’est vrai que quand on décide dans la tête que ça ne marche pas, ben ça ne marchera pas. Mais si on est bien dans la tête, on fait les efforts, tous, et il n’y a pas de problèmes pour que ça marche.

Comment retrouver de la confiance avant d’aller à Paris?

Il y a beaucoup de choses qui ont été dites. Je pense que chacun, quand il rentre à la maison après l’entraînement, il pense quand même à ce que l’entraîneur et les dirigeants ont pu dire donc je pense que c’est possible de retrouver la confiance.