Bordeaux: Comment l’UBB est en train de s’installer parmi les «gros» du Top 14

RUGBY Large vainqueur de Grenoble (34-16) samedi, l’Union a assumé son statut de candidat pour les phases finales...

Marc Nouaux
— 
TOPSHOTS
Bordeaux's French scrum half Yann Lesgourgues scores a try that is then  cancelled during the French Top 14 rugby union match between Union Bordeaux-Begles (UBB) and Grenoble on January 10, 2015 at the Andre-Moga stadium in Begles, southwestern France. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT
TOPSHOTS Bordeaux's French scrum half Yann Lesgourgues scores a try that is then cancelled during the French Top 14 rugby union match between Union Bordeaux-Begles (UBB) and Grenoble on January 10, 2015 at the Andre-Moga stadium in Begles, southwestern France. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT — AFP

Raphaël Ibanez n’aime pas trop le dire mais son équipe ne peut plus se cacher. Ramenant régulièrement des points de bonus défensifs de ses déplacements (quatre en sept défaites à l’extérieur) et s’imposant presque systématiquement à domicile (sept victoires et une défaite), l’UBB s’accroche partout où elle passe. Au point d’enfin intégrer le Top 6 après avoir échoué l’an passé? Compte-tenu de ses qualités, on se dit que oui.

Un paquet d’avants enfin au plus haut niveau

L’UBB est forte en mêlée et le fait savoir depuis plusieurs semaines. Samedi, c’est Grenoble qui a subi la loi de la conquête girondine. «Ca montre que le travail que l’on a fait en mêlée commence vraiment à payer», apprécie le capitaine, Matthew Clarkin. «On est plus pragmatique», analyse le manageur, Raphaël Ibanez qui apprécie l’équilibre trouvé entre jeu d’arrières et d’avants depuis quelques semaines. Au regard des conditions climatiques difficiles en hiver, l’UBB sait s’adapter en s’appuyant sur un pack vraiment très performant. Une nouveauté, cette année.

Une défense qui tient le choc

Même si elle commet encore des fautes, la défense girondine est sur la bonne voie, profitant du travail de Joe Worsley, l’ancien international anglais, spécialiste de ce secteur. Face à Grenoble, une séquence a mis en lumière la rigueur défensive de l’UBB. Pendant plus d’une minute, les avants adverses ont pilonné dans les 22 mètres de l’Union. Résultat, la défense a eu le dernier mot, faisant reculer les joueurs grenoblois de plus de vingt mètres. Une démonstration de force qui montre que l’Union peut aussi avoir une défense digne du haut de tableau et qu’elle a corrigé ses errements de l’automne.

Une grande capacité de réaction

Menée d’entrée contre Grenoble, l’Union a su renversé la tendance au point de s’imposer largement. «On a du caractère, on revient même quand on est mené au bout de cinq minutes», se félicite Clarkin. Contre Toulouse, en novembre, lors de sa seule défaite à domicile de la saison, l’UBB, malmenée dans le jeu, était passée à une transformation de la victoire après un come-back inattendu. Cette capacité à toujours s’accrocher, peu importe les joueurs, dénote une force de caractère certaine qui aura son importance lors du sprint pour les phases finales.