Bordeaux: Le corps de la fillette tombée dans la Garonne, a été retrouvé en Charente-Maritime

FAITS DIVERS Le corps de la petite Yumi, 22 mois, qui avait chuté du pont de Pierre en novembre a été retrouvé sur une plage de Charente-Maritime...

E.P.
— 
Le pont de Pierre. Illustration.
Le pont de Pierre. Illustration. — E.Provenzano / 20 Minutes

Le petit corps de Yumi, fillette de 22 mois tombée dans la Garonne à Bordeaux en novembre, a été retrouvé sur une plage envasée de Meschers-sur-Gironde, en Charente-Maritime, à 80 kilomètres de Bordeaux, selon les informations du journal Sud-Ouest. C'est un couple qui se promenait le long de l'estuaire à marée basse qui a fait la macabre découverte le 31 décembre dernier. Les vêtements pouvaient laisser penser qu'il s'agissait du corps de Yumi et l’autopsie pratiquée à Poitiers sur ordre du parquet de Saintes, qui dirige l'enquête, a permis d'identifier avec certitude la fillette, mardi soir.

Le père défend la thèse de l'accident

Mis en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans et incarcéré à Gradignan depuis le 23 novembre, le père de la fillette,  a toujours affirmé que la chute était accidentelle.Il aurait installé sa fille sur la rambarde du pont pour lui faire admirer les lumières de la ville et n'aurait pas été en mesure de la rattraper lorsqu'elle a chuté à cause d'un mal de dos handicapant.

Une remise en liberté lui a été refusée au début de décembre par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux. Un de ses avocats, Maître Tristram Héliot, avait alors résumé le dossier à «une faute d'imprudence lors d'un moment de complicité partagée avec sa fille». Le parquet, qui s'appuie notamment sur les déclarations contradictoires du père et un contexte de séparation difficile, ne croit pas à la thèse de l'accident et s'interroge sur une possible préméditation.

Selon Maître Hélène Poulou, avocate de la mère, celle-ci est aujourd'hui déchirée entre «l'horreur de savoir, avec l'identification du corps, que sa fille est bien morte», et «la conscience de la chance que le corps ait été retrouvé, ce qui n'était pas évident, et veut dire qu'elle pourra faire un deuil, une sépulture».

Des examens et analyses vont encore se poursuivre sur le corps, avant qu'il soit rendu à la famille.