Huîtres : le Bassin craint une crise de plus

OSTREICULTURE L'interdiction de commercialiser les huîtres du banc d'Arguin, intervenue vendredi dernier, marque le...

Orianne Dupont

— 

L'interdiction de commercialiser les huîtres du banc d'Arguin, intervenue vendredi dernier, marque le début d'un mauvais scénario. Les ostréiculteurs devraient savoir aujourd'hui si cette interdiction se poursuit et si elle s'étend à tout le Bassin d'Arcachon. Pour l'heure, elle concerne deux cents entreprises.Outre le fait d'être inquiète à l'idée de revivre des semaines d'interdiction, comme en 2005 et en 2006, la profession est exaspérée. « Malgré les différentes batailles, rien ne change », explique Jean-Charles Mauviau, le directeur de la section régionale conchylicole (SRC). En effet, les ostréiculteurs avaient demandé à ce que les tests-souris (qui consistent à injecter à trois souris un extrait de glande digestive d'huître) soient modifiés et à ce qu'un programme de recherche soit mis en place pour comprendre ce qu'il s'est passé l'année dernière. Les huîtres étaient impropres à la consommation, sans qu'il y ait présence de dynophisis, une microalgue toxique. Selon la SRC, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments ne semble pas disposée à revenir sur le test, qu'elle juge fiable. En revanche, des programmes de recherche devraient être lancés. « Pour l'heure, il y a un projet national, mais les crédits n'ont pas été alloués et rien ne se fera avant les élections. On va encore passer une année blanche... », enrage le directeur de la SRC. La troisième pour les ostréiculteurs qui, en 2005, ont perdu deux millions d'euros après cinq semaines d'interdiction. Un programme de recherche régional doit être voté en juillet.

aides Les ostréiculteurs du Bassin d'Arcachon n'ont pas perçu la totalité des aides qui leur avaient été promises par le gouvernement au lendemain de la crise de septembre dernier.